×L'Editorialjustice régions Dossiers Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Entreprises

Carrelage: L’Etat durcit le contrôle à l’import

Par Jean Modeste KOUAME | Edition N°:5808 Le 21/07/2020 | Partager
Examen documentaire, visite physique, normes…
Plus de 153 tonnes de carreaux céramiques non conformes refoulés en 2019

Enième grincement de dents chez les céramistes. Les importateurs réunis au sein de l’Association nationale des professionnels de la céramique et du second œuvre (Apisa) sont remontés contre les trois organismes d’inspection agréés pour délivrer les certificats de conformité (CoC): Bureau Veritas, TUV Rheinland et Applus Fomento. L’Apisa reproche aux trois organismes de contrôle de recourir à des méthodes en infraction avec la loi 24-09 relative à la sécurité des produits et services.

«Depuis le début du déconfinement, les distributeurs de manière générale et les membres de notre association en particulier font l’objet d’un harcèlement de la part des trois entreprises. Elles bloquent les marchandises aux postes frontières et prélèvent en toute illégalité des échantillons qu’elles envoient par la suite au laboratoire aux frais de l’opérateur qui doit attendre les résultats, lesquels durent plusieurs jours avant de procéder à la sortie de la marchandise. Ce qui se traduit par des surcoûts importants de magasinage et surestaries ou encore retarde la livraison de plusieurs chantiers structurants. Tout laisse à croire que ces entreprises agissent avec la bénédiction du ministère de l’Industrie et du Commerce. Ces comportements reflètent la tentation protectionniste ambiante. Exténués par quatre mois d’arrêt d’activité, des abus seront fatals pour la survie de nos entreprises», explique Youssef Belkaid, président de l’Apisa.

Contactée par L’Economiste, la tutelle avance ses arguments: «Un focus a été réalisé sur les importations effectuées depuis la mi-juin pour s’assurer de la conformité des produits avec la reprise des chantiers de construction. Au cours de l’année 2020, même les carreaux céramiques ne dérogeront guère à la règle des 80-20 des dossiers respectivement contrôlés via un examen documentaire et visite physique».

Les carreaux céramiques sont soumis à la norme marocaine NM ISO 13006, rendue d’application obligatoire en vertu de la loi 12-06 relative à la normalisation, la certification et l’accréditation. En vertu des dispositions de cette loi, la responsabilité de la conformité de tout produit mis sur le marché incombe au producteur, fabricant local soit-il ou importateur.

Le fabricant est tenu de procéder à l’évaluation de la conformité de son produit par un organisme d’évaluation de la conformité agréé par le ministère. C’est dans ce cadre que les trois organismes d’inspection et 4 laboratoires ont été agréés pour intervenir, selon des procédures établies en concertation avec les 3 organismes d’inspection.

Evaluation de la conformité

Dans plus de 80% des cas, l’évaluation de la conformité est faite sur la base d’un contrôle documentaire. Les 20% restants font l’objet d’une inspection physique qui peut déboucher sur un prélèvement d’échantillon à analyser par un laboratoire agréé. Au titre de l’exercice 2019, les contrôles à l’importation ont abouti au refoulement de plus de 153 tonnes de carreaux céramiques non conformes, explique la tutelle.

Modeste KOUAME

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc