×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

Finances-Banques

La Bourse s'interroge sur le plan de relance économique

Par Franck FAGNON | Edition N°:5799 Le 08/07/2020 | Partager
Les investisseurs attentistes depuis plusieurs séances
La remontée de la courbe de contamination inquiète

L'animation est totalement retombée sur la Place casablancaise en ce début du mois de juillet. D'une moyenne quotidienne de 181 millions de DH en juin et de 136 millions de DH depuis le début de l'année, le volume d'affaires sur le marché central est retombé à 29 millions de DH après quatre séances en juillet.

L'attentisme des investisseurs s'expliquerait en partie par les derniers développements liés à la crise sanitaire et les incertitudes qui planent sur la situation économique. La remontée de la courbe des contaminations renforce la méfiance de certains investisseurs, un phénomène observé également sur les marchés européens.

Les investisseurs personnes physiques en particulier ont quasiment déserté la cote, relève un professionnel de marché. Surtout, le marché s'interroge sur les mesures de relance de l'économie que va défendre le gouvernement dans le projet de loi de finances rectificative.

performances-sectorielles-098.jpg

Les investisseurs ont quasiment déserté la cote depuis le début du mois de juillet en attendant d'avoir plus de visibilité sur les mesures de relance de l'économie

Les décisions d'investissement sont en partie suspendues à une meilleure visibilité sur le plan de relance. Par ailleurs, la non distribution des dividendes Maroc Telecom jusqu'à présent alimente les conversations sur le marché avec leur lot d’hypothèses et de rumeurs.

Le directoire a proposé la distribution de 5,54 DH par action. Cela équivaut à un montant global de 4,9 milliards de DH. L'affectation des résultats a été approuvée par les actionnaires en assemblée générale le 29 avril dernier. Cependant, ils n'ont toujours pas perçu leur rémunération, le dividende devant être mis en paiement à partir du 2 juin.

Selon les échos du marché, le contexte pousserait Maroc Telecom à retarder la distribution de dividendes. Le poids des investisseurs étrangers dans l'actionnariat engendrerait une sortie importante de devises.

Par ailleurs, le Trésor détient encore 22% du capital et sa quote-part dans les dividendes s'élève à plus d'1 milliard de DH. Ces fonds seraient utiles pour les finances publiques actuellement. Cependant, le Trésor se retrouve dans une situation inconfortable. Il ne peut à la fois courir après les dividendes de ses participations alors que l'Etat encourage les entreprises à reporter ou geler les versements.

Le Masi a bouclé le premier semestre sur une contre-performance annuelle de 16,5%, après une chute de 20,68% des cours sur le seul mois de mars. L'indice s'est ressaisi en mai et juin mais, le rebond est timide.

F.Fa

Retrouvez dans la même rubrique

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc