×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

Lectures du Ramadan

«L’intrication de Malabar» - Episode 21: L’amour des autres, l’amour de soi

Par L'Economiste | Edition N°:5770 Le 28/05/2020 | Partager

Dans l’épisode précédent

Une «annihilation biologique» de la faune signifie qu’un sixième événement d’extinction de masse entraîné par l’homme est en cours.
Les émissions de gaz à effet de serre augmentent drastiquement et les évènements météorologiques extrêmes arrivent. Les incendies en Australie de l’an passé sont de petits feux de camp à côté de ce qui va arriver. Les eaux minérales deviennent rares, les réserves de poissons chutent, les forêts disparaissent. La période de l’Holocène s’arrête déjà après plus de 12.000 ans de températures clémentes.
Les jeunes, comme toi, vont devoir s’acclimater à une Terre dangereuse, où la loi du plus fort va reprendre le dessus…

Chapitre 18
Le chant du coq retentit. Il devait être six heures du matin. La grange sentait cette odeur de paille fraîchement coupée. Ismaïl se réveilla doucement. L’éminence et Ghni étaient déjà debout.
- Ismaïl, c’est l’heure. Rappelle-toi de cela: Je suis parti de ce pays, tel un voleur. Je n’ai jamais dit au revoir à mes parents. Presque comme toi.
À l’époque, contrairement à celle-ci, nous pouvions, nous Marocains, aller partout sur Terre. Pas de visas, pas de mépris. J’ai passé ma vie à aider des nations entières qui profitaient de mes découvertes, sans me soucier du fait que les pays du tiers-monde dont je venais, eux ne profitaient de rien. Aujourd’hui, il suffit.
Quand je t’ai vu la première fois, je me suis vu en toi.
Fuyant le monde de la médiocrité, voulant travailler dans celui des lumières, de l’infiniment petit et de l’infiniment grand. Ismaïl, tu vas devoir faire mieux que moi. Toi tu devras aider ton pays. Aider les tiens.
Rien ne sert de s’enfuir d’eux en pensant que la médiocrité est derrière toi. C’est faux.
La médiocrité est d’aller au plus facile. De se mettre sous la bannière de ceux qui ont déjà réussi pour profiter de leur histoire et de leurs avancées qui ne seront jamais tiennes.
Il n’y a rien de médiocre à se préoccuper de ceux qui te font de la peine aujourd’hui. Il te serait si simple de changer leur vie. De pouvoir l’améliorer, de l’éclairer, de la dynamiser et de générer de l’enthousiasme à vivre. Les libérer de cette résilience, c’est les libérer de ce qui leur interdit l’amour ou la bonté. Le grand paradoxe de leur vie, est que la religion leur apprend dans les livres sacrés à tendre vers l’amour, l’amour de l’autre, faire du bien sans calculs, apprécier le beau, être content pour son prochain, mais leur réflexion et leurs attitudes en dehors de la prière, ne veulent s’y résoudre.
- Ils s’interdisent tout ce qui rend faible, dit Ghni. J’étais comme ça avant moi aussi. Comme beaucoup de nos concitoyens j’avais peur des brèches que peuvent provoquer l’amour. Je m’étais construit une méga carapace que tous les Marocains se forgent, faite d’anti-émotions, d’anti-empathie, d’anti-civisme, anti tout ce qui peut te faire devancer par les autres. Quitte par contre, à être instinctivement en symbiose avec les autres, pour interdire à quelqu’un de réussir mieux que soit, mieux que l’ensemble. Et pour arriver à cette symbiose négative, chacun doit lever sa garde de boxeur, et la conserver bien levée à tout moment dans sa vie, d’abord pour éviter de s’exposer aux regards des autres loups, car ils te dévoreraient immédiatement sur place, à la moindre lueur de faiblesse, mais aussi au moindre soupçon de réussite.
Pourtant… enlever cette carapace les fascine. Tu ne le sais pas encore Ismaïl, mais tu les verras, les Marocains, combien ils sont heureux quand ils sentent leur esprit se reposer en arrivant chez les peuples de pays industrialisés.
Plus besoin de scanner l’environnement quand on marche sur le trottoir des villes, pas besoin d’avoir peur de se faire écraser, agresser ou de se faire regarder de travers, parce que l’on n’est pas dans les codes. Et encore, toi t’es pas une fille… tu n’imagines même pas!

cari-livres-070.jpg

Pas besoin de douter de la parole d’inconnus en pensant qu’ils veulent systématiquement et inéluctablement t’arnaquer!
Pas besoin de cacher leurs émotions, leurs sourires, leurs joies!
- Ismaïl, reprit l’éminence, on ne peut indéfiniment vivre dans un milieu fait de doutes, de peurs et de contradictions. L’amour doit s’y frayer un chemin au plus vite. L’amour des autres, l’amour de soi, la confiance qu’elle présuppose…Bref, tout cela pour te dire que toi et les autres allez faire mieux que moi.
Ghni, que tu vois là sous son aspect grognon, est un être qui sacralise le bien, voulant tirer vers le haut ses congénères, lui c’est de l’amour brut.
Après avoir réparé la planète, vous les onze, allez devoir faire fructifier mes dernières recherches et les mettre au service de tous, sans barrière.
- On va tous les baigner dans de l’amour, répéta Ismaïl.
- Oui, mais pour cela il faudra quelques années de préparation.
Des années pour construire les garde-fous qui m’ont échappé, me transformant en fugitif.
- Ta nation, Ismaïl, expliqua Ghni avec douceur, deviendra ta plus grande fierté. Tu verras tes compatriotes un jour se tirer vers le haut, s’apprécier, se valoriser, se pardonner, se congratuler. Être content du bonheur des autres.
- Je veux bien croire en tout ce que vous m’avez dit, mais ça… dit Ismaïl. Les voir montrer de l’amour entre eux dans les rues de mon pays, sans que cela ne déchaîne la colère de frustrés, je dois le voir pour y croire!
- Ah non, dit Ghni, les frustrés on ne pourra rien faire pour eux, on parle de sciences, pas de magie!
Ils rirent de bon cœur tous les trois.
- Tu seras ma rédemption, lâcha avec émotion l’éminence.
- Ils arrivent! cria Ghni.
L’éminence sourit, visiblement peu stressé:
- Ismaïl, rappelle-toi. Tu n’es à leurs yeux qu’un ado en fugue, sans aucun potentiel à leurs yeux.
 Ghni, le joint!
Je vous dis à bientôt les drogués!
Ghni sorti un joint de sa poche qu’il alluma.
- Fume ça avec moi. C’est ta porte de sortie.
Il faut que l’on rentre dans la peau de loosers. Ça sera facile pour toi, dit Ghni en plaisantant. Allez mets un peu de terre sur ton t-shirt et décoiffe-toi.
Il lui ébouriffa les cheveux.
- Voilà! Une belle graine de voyou, lança-t-il en plaisantant.
L’éminence cligna d’un œil.
Il rentra dans le box nauséabond en refermant la porte derrière lui.
Cinq minutes s’étaient écoulées, pendant lesquelles Ghni et Ismaïl s’efforçaient d’aspirer à fond la fumée du joint, comme on prendrait un médicament. La porte de la grange s’ouvrit avec une force inouïe.
Des cris de coordination quasi-militaire envahirent l’obscurité de la grange. Des hommes en civil, menaçants, tous de grands gabarits pénétrèrent avec de larges couteaux de chasse à la main, vérifiant le moindre recoin.
Ismaïl et Ghni étaient allongés par terre, visiblement étonnés.
L’un des hommes ouvrit la porte du box, l’inspecta et en ressorti.
Rien.
Ils se dirigèrent vers Ghni et Ismaïl.
- Pas eux, dit l’un des hommes dans un accent étranger
- Ils ont l’air stone, ajouta un autre.
- Attachez-les, on va en savoir plus.

Un avant-goût...

lintrication-de-malabar.jpg

«Dans la campagne profonde d’Azrou, un brillant jeune homme quitte sa modeste maison familiale pour aller à l’aventure porté par des rêves de lendemains meilleurs.
Le sort et cette foutue chance lui jouent des tours et le conduisent à la rencontre de deux clochards miséreux, hauts en couleurs.
Contre toute attente, leur galère se transforme en une synergie lumineuse, qui pourrait bien changer le cours de l’histoire.
Mais ce serait sans compter sur d’obscurs services étrangers…»

amine-jamai-049.jpg

 

 

 

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc