×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Economie

Essaouira, nouvel eldorado du tourisme

Par Badra BERRISSOULE | Edition N°:5770 Le 28/05/2020 | Partager
Les professionnels capitalisent sur les 153 km de plage autour de la ville
Déjà un label sanitaire Essaouira pour l’ensemble des infrastructures touristiques
De nouveaux produits et de l’animation pour attirer le marché national

Un label sanitaire pour l’ensemble de ses établissements hôteliers et de restauration, une stratégie pour l’animation estivale, des packages, des choix à la carte pour les activités de divertissement, des voyages culinaires à travers les produits du terroir, des masques de protection faits localement offerts aux touristes …les opérateurs touristiques souiris n’ont pas chômé et ont mis en place tout un plan pour attirer les touristes domestiques et leur offrir une destination attrayante et surtout sécurisée sur le plan sanitaire.

Le balnéaire, c’est certainement le produit qui sera plébiscité pour les vacances par le tourisme domestique et toutes les villes pourvues d’un littoral s’y préparent. Certaines ont pris de l’avance et c’est le cas de la ville des alizés d’autant plus que la ville bénéficie d’un littoral exceptionnel et offre donc un gros potentiel au niveau de ses plages», souligne Redwane Khanne, président du  conseil provincial du tourisme de la ville.

Essaouira, qui recèle des potentialités énormes offre aussi une histoire riche et variée, un patrimoine matériel et immatériel séculaire et inédit. «C'est autour de ce socle que la notoriété et le label s'organisent et se consolident, tout en les complétant, en les enrichissant et en les renforçant avec tant d'atouts propres à cette cité magique», souligne Khanne.

Concrètement, les hôteliers, les restaurateurs et les agences de voyages et de loisirs de la place doivent tous entreprendre des investissements dans leurs établissements pour respecter les normes sanitaires (distanciation, gestes barrières…). Tout projet  ou tout établissement qui n’est pas labélisé et estampillé Essaouira ne pourra être associé à ce programme. 

A noter que les hôtels n’ont jamais été contraints de fermer leurs portes, mais faute de clients, ils ont cessé toute activité. Pour la reprise, les 7.000 lits d’Essaouira doivent respecter ces normes tout comme, et pour les mêmes raisons sanitaires, ils doivent se résigner à tourner avec un taux d’occupation modeste qui ne dépasse pas les 30% pour ne pas encombrer les établissements. «La sécurité de nos hôtes est prioritaire», insiste Khanne. C’est donc un défi que vont relever les opérateurs souiris qui espèrent leurs premiers clients dès le début de la saison estivale (juillet).

«Notre cible sera tous ces marocains qui habituellement passent leur vacances à l’étranger», estime le président du CPT, à condition que la ville soit accompagnée par une bonne campagne de communication et c’est du ressort de l’ONMT «Les professionnels tablent sur quelques 100.000 clients pour cette saison estivale si on s’y prend tôt».

Du côté des voyagistes et notamment l’ARVMS, il est prévu de concocter des produits inédits pour l’amélioration de l’expérience clients. Les idées ne manquent pas et les 153 km de plages s’apprêtent pour  plusieurs produits et animations comme les campings, des mobiles homes, les bivouacs….Dans tous les cas, les Souiris restent ouverts à toutes les propositions.

La ville des Alizés qui porte d’énormes potentiels a toujours été un laboratoire d’idées pour le tourisme. Et cette année, c’est le zoom sur ses plages où tout se jouera pour le tourisme domestique une fois le déconfinement autorisé.

                                                                            

■ Plage Sidi Kaouki

plage-sidi-kaouki-070.jpg

C’était une plage sauvage, mais elle est de plus en plus connue par les initiés. Située au sud du cap et à 25 km d’Essaouira, cette grande plage avec des vents forts et de grosses vagues est  près d’une forêt de thuyas. Son nom vient du mausolée de ce saint vénéré dont la tombe préside la plage, pour lequel le pèlerinage très populaire en août. Cette plage est très fréquentée par les touristes. C’est un bon endroit pour le surf, bien et est réservée aux experts de ce sport.

■ Plage de Diabat

plage-de-diabat-070.jpg

Le village de Diabat se situe au sud d'Essaouira, il surplombe l'estuaire de l'Oued Ksob. Célèbre pour avoir accueilli semble-t-il le musicien Jimi Hendrix dans les années 70, le village ne manque pas de charme dans une zone naturelle protégée bordant une immense plage qui relie Essaouira à Sidi Kaouki. L'hôtel de luxe Sofitel Essaouira Mogador Golf & Spa a choisi ses valons pour y nicher en pleine verdure. On y trouve également les vestiges de Dar Soltane, palais en ruines désormais ensablé.

■ Plage  Cabo Sim

plage-cabo-sim-070.jpg

Au sud de la ville d’Essaouira, le Cap Sim dévoile l’immensité et la beauté de ses dunes dans lesquelles se cachent  les ruines du palais ensablé de Dar Soltane. Au delà des dunes, vous trouverez la magnifique plage depuis laquelle vous pourrez faire de longues promenades à pied, à cheval, en quads ou à dos de dromadaires. Les plus sportifs auront la possibilité de pratiquer les sports nautiques comme le surf, le kitesurf ou le windsurf sur les plages en contrebas. Un peu plus loin, depuis le haut des falaises, la vue sur l’océan Atlantique, Essaouira d’un côté et Sidi Kaouki de l’autre… la vue est surprenante. Le Cap Sim regorge aussi  de forêt de genévriers, d’arganiers, d’eucalyptus et d’acacias. Vous pourrez y faire de nombreuses randonnées jusqu’au phare du Cap Sim du haut duquel vous pourrez apprécier la vue sur la côte et la campagne environnante.

■ Plage d’Iftane

plage-diftane-070.jpg

Plus au sud, à 40 km, en passant par des pistes de montagne difficiles d’accès et uniquement pour les véhicules, on peut trouver cette longue plage, à côté d’un petit village de pêcheurs et avec de superbes paysages de montagne et de mer...

■ Plage de Tafedna

plage-de-tafedna-070.jpg

Depuis la route d’Agadir, à 44 km d’Essaouira, dans la commune de Ida Ou Azza, une route locale de 15 km est déviée vers la côte pour rejoindre le village de pêche Tafelney à côté du cap du même nom. Il se caractérise par les portes colorées des maisons et sa plage de Tafedna, très soignée et idéale pour les surfeurs et les amateurs de pêche.

                                                                            

Une tolérance à vivre et revivre

essaouira-070.jpg

La ville des alizés offre de la magie et un effort soutenu a été consenti afin de permettre à Essaouira de préserver ses vieilles pierres, lesquelles ont chacune «des histoires à nous raconter». De même le grand travail accompli pour la promotion de la culture, la musique et les arts, tous genres confondus, a permis de mieux positionner Essaouira comme capitale internationale et nationale du tourisme culturel et artistique par excellence. Essaouira a aussi cet avantage multiculturel, confluent entre les cultures arabe, berbère et juive dans la mixité et la tolérance naturelle, pour une destinée commune qui tire son essence longtemps dans l’histoire. Essaouira est également connue pour la culture de la canne à sucre,  portant  la région à en être l’un des plus importants producteurs mondiaux de l’époque. Toutefois, la culture de l’Argan est l’exceptionnelle identité de la ville, avec une présence très forte en produits de terroir et d’authenticité gastronomique sur lesquelles, les opérateurs touristiques vont capitaliser.

Badra BERRISSOULE

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc