×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Economie

Post-Covid: Les leviers à actionner par les entreprises

Par Tilila EL GHOUARI | Edition N°:5766 Le 21/05/2020 | Partager
Ticket gagnant pour la transformation digitale
Innovation et R&D pour renouer avec la croissance
Performance organisationnelle et gestion RH des axes prioritaires

Voilà 9 semaines que l’activité économique tourne au ralenti. Les conséquences liées à l’état d’urgence sanitaire et au confinement se font de plus en plus sentir. Le département de recherche économique d’Euler Hermes appréhende d’ailleurs une très forte récession au premier semestre 2020 et une hausse des faillites de plus de 14% à travers le monde.

axes-prioritaires-066.jpg

Suite à cette crise sanitaire, économique et sociale que nous vivons actuellement, plusieurs  entreprises envisagent de changer l’ordre de priorité de leurs projets stratégiques pour les 5 ans à venir. En haut du classement figurera: la transformation digitale, la R&D et l’innovation, la performance organisationnelle, la gestion RH, la croissance externe et la rentabilité

Cette crise à la fois sanitaire, économique et sociale bouscule les codes et pousse les patrons à opter pour de nouvelles façons d’agir. Think, le centre de recherche sur le management, le leadership et la gouvernance d’entreprises du cabinet de recrutement IBB Executive Search, vient de réaliser une enquête auprès de professionnels de chaque secteur d’activité. Il en ressort que les entreprises envisagent de changer l’ordre de priorité de leurs projets stratégiques pour les 5 ans à venir.

Alors qu’à fin 2019, à peine 46% avaient cité la transformation digitale dans leurs orientations stratégiques, ce projet grimpera incontestablement dans le classement des priorités à l’issue de cette crise. Un véritable catalyseur de la digitalisation, le covid-19 a exigé des établissements publics et privés de passer à l’ère 4.0 en un temps record. Hormis une réadaptation du business modèle, la généralisation de l’usage des outils digitaux impliquera aussi une transformation des métiers.

«Les stratégies RH devront être repensées avec des enjeux de reskilling, upskilling et cross skilling, d’ajustement des effectifs, de recrutement de nouvelles expertises et de refonte des pratiques managériales. Parallèlement à cela, l’automatisation et l’externalisation des processus à faible valeur ajoutée seront renforcées», souligne Abdelaziz Bennis, DG d’IBB Executive Search.

Pour préparer la reprise, les entreprises doivent s’adapter, anticiper les changements, accélérer leur transformation, mais aussi renforcer leur capacité à innover. En décembre 2019, seules 2 entreprises sur 10 prévoyaient de renforcer l’investissement en R&D pour les 5 prochaines années.

Aujourd’hui, l’innovation, la R&D ou encore le développement de nouveaux produits figurent parmi les priorités des entreprises. L’interdépendance des économies et la fragmentation des chaînes de production ont été impactées par la perturbation des approvisionnements au plan mondial. Plusieurs pays envisagent, d’ores et déjà, de relocaliser la production des produits stratégiques dans leur territoire ou dans des pays limitrophes.

En adoptant cette stratégie, le Maroc a beaucoup à gagner en renforçant son offre de valeur industrielle (matières premières pharmaceutiques, intrants agro-alimentaires, pièces détachées industrielles, etc.) Il pourra ainsi répondre à la demande intérieure mais aussi capter les flux de relocalisations en provenance d’Europe.

La relance économique passera par la consommation de produits «Made in Morocco», ce qui poussera les entreprises à diversifier leurs gammes de produits. «L’investissement en R&D ainsi que le développement de nouveaux produits seront donc prioritaires dans des secteurs tels que l’industrie automobile, la santé, l’agriculture, le textile, l’agroalimentaire, l’électronique, la chimie, l’éducation…. Ces projets feront émerger un besoin de nouvelles expertises», précise Bennis.

Elément clé avant la crise, mais également pour aborder l’après covid-19, l’amélioration de la performance organisationnelle est l’un des projets stratégiques cité par les entreprises. En effet, les organisations opteront davantage pour le recentrage, la diversification ou encore des acquisitions qui se traduiront par, entre autres, des réorganisations.

«L’excellence opérationnelle permettra alors d’assurer un déploiement des projets plus rapides, de meilleure qualité et au juste coût, via le Lean Management, l’externalisation de certaines activités, l’aplatissement de l’organisation, la fluidification des process d’exécution, ou encore la diminution des risques opérationnels et l’amélioration de la rentabilité», souligne l’étude.  Mettre en place ces leviers nécessitera le déploiement d’une ingénierie RH adaptée, qui comprend un réajustement des effectifs, des enjeux de reskilling, upskilling et cross skilling (polyvalence), et de refonte des pratiques managériales.

D’ailleurs, la gestion RH figure aussi parmi les axes prioritaires des patrons. Selon l’étude, les réorientations stratégiques conduiront à l’optimisation de la gestion des compétences et à la remobilisation des équipes. Mais aussi à la refonte du modèle de management et de leadership comme c’est le cas en cette période de confinement durant laquelle les entreprises ont dû se plier au management à distance et à la  réorganisation du travail (télétravail vs présentiel…) et des espaces. «Cette crise sanitaire a introduit de nouvelles prérogatives RH telles que l’accompagnement psychologique des collaborateurs et des managers, le maintien du sentiment d’appartenance à distance ou encore la généralisation de nouvelles règles d’hygiène et de sécurité au travail», ajoute Bennis.

En décembre 2019, seulement 15% des entreprises comptaient  recourir à la croissance externe pour se développer. Aujourd’hui, cela fait partie de leurs axes stratégiques prioritaires. Des opérations de développement (fusions, acquisitions, partenariats stratégiques, etc.) sont envisagées. Les entreprises saines à la sortie de la crise bénéficieront d’une solidité leur permettant de se diversifier. Les start-up marocaines expérimentées opérant dans la fintech, télémédecine, e-learning, e-commerce… représentent aussi une cible stratégique.

«A l’international, les relocalisations éventuelles d’entreprises européennes au Maroc pourraient s’opérer à travers des acquisitions ou des prises de participations», souligne Abdelaziz Bennis. «En revanche, l’expansion des entreprises marocaines à l’international pourrait connaître un coup de frein à court terme mais cette hypothèse peut changer en fonction de l’évolution de la situation sanitaire et des opportunités d’acquisitions futures», poursuit-il.

Sans surprise, la gestion de la trésorerie et des coûts préoccuperont les parents pour un certain temps. Avec les nombreux investissements qu’induit une sortie de crise tels que la digitalisation, R&D, appareil productif…, la rentabilité des entreprises sera impactée avant un retour à la normale vers 2022, comme le prédisent plusieurs économistes.

En 2019, 52% ont misé sur la satisfaction client

En 2019, les orientations stratégiques des entreprises étaient plus ou moins différentes. Une enquête menée, par IBB Institute, auprès d’une centaine de dirigeants et hauts cadres entre mars et mai 2019 relève que plus de la moitié des entreprises se sont fixées comme priorités l’amélioration de la performance organisationnelle (56%) et la satisfaction client (52%). La gestion du capital humain vient en troisième place (48%), suivie de la transformation digitale (46%) et l’accroissement des parts de marché (45%).

Tilila EL GHOUARI

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc