×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

International

Brèves Internationales

Par L'Economiste | Edition N°:5745 Le 21/04/2020 | Partager

■ Un moratoire sur la dette des pays pauvres, mais…
«Un geste positif mais il faudra aller beaucoup plus loin...», c’est un avis largement partagé en Afrique après l’annonce d’un moratoire sur la dette pour aider les pays pauvres à faire face à la pandémie de coronavirus. Plutôt qu’un simple sursis pour les remboursements, économistes et acteurs de la société civile réclament une annulation complète des dettes. «Le moratoire devrait libérer 20 milliards de dollars», a précisé récemment le ministre des Finances saoudien Mohammed al-Jadaan à l’issue du G20. L’endettement total du continent africain est estimé à 365 milliards de dollars, dont environ un tiers dû à la Chine. Cela va «contribuer à protéger la vie et les moyens de subsistance de millions de personnes les plus vulnérables», ont réagi de leur côté Kristalina Georgieva et David Malpass, respectivement DG du FMI et président de la Banque mondiale. Dix-huit chefs d’Etat européens et africains avaient déjà appelé à un allègement de la dette ainsi qu’à un plan de relance d’environ 100 milliards de dollars pour le continent africain.

■ OCDE: L’aide au développement augmente
L’OCDE et les pays membres qui fournissent de l’aide internationale étudient comment ils peuvent aider les pays les plus vulnérables à surmonter la crise de Covid-19. L’aide publique au développement (l’APD) des membres du Comité d’aide au développement (CAD) de l’OCDE s’est élevée à 152,8 milliards de dollars en 2019, soit une hausse de 1,4% en termes réels par rapport à 2018, selon les données préliminaires recueillies auprès des agences officielles de développement. L’APD bilatérale en faveur de l’Afrique et des pays les moins avancés a augmenté respectivement de 1,3% et 2,6%.
Si l’on exclut l’aide consacrée à la prise en charge des réfugiés dans les pays donateurs (qui a diminué de 2% par rapport à 2018) l’aide publique au développement a augmenté de 1,7% en termes réels. En 2019, cette aide totale équivalait à 0,30% du revenu national brut (RNB) combiné des pays du CAD, contre 0,31% en 2018, soit un ratio inférieur à l’objectif de 0,7% de ce revenu.

■ Post-crise: Le rôle des politiques fiscale et budgétaire
Les mesures de politique fiscale et budgétaire jouent un rôle essentiel pour atténuer les difficultés induites par les règles de confinement. Ils devraient continuer de le faire alors que les pouvoirs publics s’efforcent d’aider les ménages et les entreprises, de protéger l’emploi et de préparer la reprise économique qui suivra la pandémie mondiale, selon un récent rapport de l’OCDE. Celui-ci révèle que les pays en développement auront besoin d’un soutien spécifique (notamment d’une assistance financière importante) pour permettre à leurs systèmes fiscaux et sanitaires de résister aux chocs actuels. Avec la levée progressive du confinement, une politique budgétaire expansionniste pourrait s’avérer nécessaire pendant une période prolongée. Et ce dans le but de stimuler la consommation des ménages et l’investissement des entreprises dans les pays où la reprise est faible. Les mesures de relance pourraient renforcer la résilience face aux risques sanitaires et promouvoir la «décarbonisation» de l’économie, tandis que la coordination des politiques augmentera l’efficacité des dispositifs mis en place.

 

Retrouvez dans la même rubrique

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc