×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste



eleconomiste
Vous êtes 173.579 lecteurs à vous connecter sur leconomiste.com chaque jour. Vous consultez 213.013 articles (chiffres relevés le 31/5 sur google analytics)
Economie

Textile-Habillement: :«La reprise variera d’une entreprise à l’autre»

Par Youness SAAD ALAMI | Edition N°:5733 Le 03/04/2020 | Partager
Textile et tourisme… l’impact économique sur Fès sera lourd, alerte la CGEM Fès-Taza
Mohamed Berrada Rkhami, son président appelle à une sagesse collective
mohamed-berrada-rkhami-033.jpg

Mohamed Berrada Rkhami, président de la CGEM Fès-Taza, «espère qu’avec la mobilisation de tous, autorités, élus et opérateurs économiques, nous saurons trouver les moyens de dépasser cette crise inédite avec un minimum de séquelles» (Ph YSA)

- L’Economiste: Les unités textile de Fès sont-elles totalement à l’arrêt?
- Mohamed Berrada Rkhami:
Pratiquement toutes. Elles l’ont fait, graduellement, depuis l’annonce de l’état d’urgence sanitaire. Seules quelques unes continuent à fonctionner avec un nombre réduit de chaînes pour fabriquer des masques de protection.

- Comment vous êtes-vous arrangés avec le personnel?
- Devant cette situation inédite, la priorité était de veiller à la sécurité et à la santé de nos salariés. Il était difficile de continuer à assurer leur transport conformément aux nouvelles règles sanitaires imposées. De plus à l’intérieur de nos ateliers, la promiscuité imposée par notre activité de travail à la chaîne, risquait de mettre en danger les salariés. Aussi, nous avons constaté une très forte inquiétude dans les rangs face à cette pandémie, ce qui rendait les conditions de travail très difficiles.

- Quel est l’apport de la CGEM?
- Nous avons été à l’écoute des entreprises et leur porte-parole au niveau du comité de veille économique. Toutes les CGEM régions, dont la CGEM Fès-Taza, ont participé à la réflexion portée par la CGEM nationale et donc ont proposé des mesures pour venir en aide aux entreprises en difficulté mais aussi à leurs salariés. Beaucoup de ces mesures ont été retenues par le CVE. Au niveau régional, nous sommes en contact permanent avec l’autorité locale et plus précisément avec Mr le Wali de la région, en personne qui veille sur l’évolution de la situation des entreprises de la région et l’impact sur les salariés.

- Y-a-t-il une visibilité pour les prochains mois?
- Malheureusement non. Tout dépendra de la durée de l’état d’urgence sanitaire et du confinement imposé. La capacité à reprendre est très variable d’une entreprise à une autre, certaines disposent de commandes pour reprendre de suite si les conditions sanitaires le permettaient, d’autres ont reçu des annulations de toutes leurs commandes.

- Les banques vous suivent-elles dans ce processus de sauvetage des entreprises?
- Comme toutes les entreprises touchées par la crise, les banques se sont engagées à apporter leur soutien aux entreprises en difficulté, par le report des échéances de remboursement de crédit, par des rallongements de lignes de crédit en cours et la mise en place de nouvelles lignes et tout cela garanti par la CCG. Les entreprises vont bénéficier aussi du report des échéances de la DGI et du paiement des charges sociales CNSS du mois de mars à fin juin sans pénalité.

- Quelle est la situation au niveau de la ville de Fès?
- Malheureusement Fès sera forcément impacté économiquement, car 2 secteurs très importants le tourisme et le textile sont touchés très sérieusement aussi bien au niveau de l’emploi que de leur activité. Nous n’avons pas de visibilité pour le moment. Et j’espère qu’avec la participation de tous, autorités, élus et opérateurs économiques, nous saurons trouver les moyens de dépasser cette crise inédite avec un minimum de séquelles.

Propos recueillis par Y.S.A

 

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc