×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste



eleconomiste
Vous êtes 173.579 lecteurs à vous connecter sur leconomiste.com chaque jour. Vous consultez 213.013 articles (chiffres relevés le 31/5 sur google analytics)
Economie

Bourse: L’animation retombe, pas l’incertitude

Par Franck FAGNON | Edition N°:5733 Le 03/04/2020 | Partager
Le Masi poursuit sa baisse sur de faibles volumes
Les entreprises cotées restent très vagues sur l’impact du coronavirus
Le contexte pousse certaines à reporter ou annuler la distribution de dividendes
bourse-masi-033.jpg

L’indice vedette du marché a enregistré une chute violente de 21% sur le seul mois de mars. Les incertitudes sur les développements de la crise sanitaire et le ralentissement de l’activité économique suscitent beaucoup de crainte

La Bourse a démarré avril dans le rouge après un mois de mars pénible où le Masi aura cédé 21% sur un volume moyen de 253 millions de DH. Pour une fois, les résultats annuels des sociétés cotées n’y sont pour rien. La grande majorité de la cote affiche des bénéfices consolidés en hausse de près de 2%.

Hors Managem qui a enregistré une perte de 427 millions de DH, la croissance des profits est bien plus dynamique. Une dizaine d’entreprises parmi lesquelles Total Maroc et Centrale Danone ne se sont pas encore pliées à l’exercice de publication des résultats. Pour les investisseurs, les incertitudes sur les développements de la crise sanitaire et le ralentissement de l’activité économique suscitent beaucoup de craintes.

Dans le meilleur des cas, la croissance économique se limiterait à 2%. Malgré la robustesse des sociétés cotées, la crise ne sera pas neutre sur leurs performances 2020 voire 2021 en fonction de la durée de la pandémie.

Par ailleurs, la communication des entreprises n’a pas vraiment éclairé la lanterne des investisseurs, les communiqués sur les résultats annuels étant très vagues sur l’impact de la crise sur leur activité et leurs perspectives. En même temps, beaucoup d’entreprises ont été surprises par la rapidité et l’ampleur de la crise. Le marché devrait juger les premiers impacts dans les prochaines semaines avec les publications des résultats du premier trimestre.

L’autre conséquence de la pandémie coronavirus est le bouleversement du calendrier des assemblées générales. Nombre d’entre elles seront reportées en raison des mesures de prévention contre la propagation du virus.

Mais, la question que se posent de nombreux actionnaires est de savoir si les dividendes seront au rendez-vous. En temps de crise, les entreprises pourraient décider de garder ses liquidités, quitte à décider de leur affectation après la crise.

Les entreprises dont les conseils d’administration ont déjà approuvé un dividende ne devraient pas revenir sur leur décision pensent certains analystes. BMCI a fait marche arrière sur le dividende exceptionnel mais, a maintenu le dividende ordinaire. Lesieur Cristal et Cosumar vont se décider plus tard alors que Jet Contractors n’en distribuera pas. De son côté, Bank of Africa propose aux actionnaires de convertir optionnellement leurs dividendes en actions.

F.Fa

 

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc