×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste



eleconomiste
Vous êtes 186.066 lecteurs à vous connecter sur leconomiste.com chaque jour. Vous consultez 230.556 articles (chiffres relevés le 28/5 sur google analytics)
International

Brèves Internationales

Par L'Economiste | Edition N°:5731 Le 01/04/2020 | Partager

• Comment va la Chine?

chine-031.jpg

L’activité manufacturière en Chine, qui s’était effondrée en février, a connu en mars un rebond surprise malgré le coronavirus. L’indice des directeurs d’achats (PMI) pour ce mois s’est établi à 52 points contre 35,7 en février, un plancher historique, a annoncé le Bureau national des statistiques (BNS). Un chiffre supérieur à 50 témoigne d’une expansion de l’activité et, en deçà, il traduit une contraction. Il s’agit d’un résultat bien supérieur à la prévision moyenne des analystes sondés par l’agence Bloomberg, qui tablaient sur 44,8. C’est aussi la meilleure performance pour cet indice depuis septembre 2017.  L’activité reprend, à la faveur d’un fort ralentissement de la contagion et d’une levée progressive du confinement. Mais les conséquences sur l’économie devraient s’éterniser. Et c’est la Banque mondiale qui s’alarme d’un risque de croissance zéro pour la deuxième économie mondiale. En janvier, l’institution tablait encore sur une croissance de 5,9% pour le géant asiatique. Mais si les effets de la pandémie se font ressentir plus longtemps qu’escompté, le scénario du pire pourrait bien se concrétiser. Et la croissance du géant asiatique pourrait dégringoler à presque rien, 0,1%, préviennent les économistes.

• Les ministres des Finances de l’UE en visioconférence
Les ministres des Finances de l’Union européenne se retrouveront le 7 avril prochain par visioconférence. Objectif: tenter de mettre au point des propositions économiques communes face à la pandémie, a annoncé  le président de l’Eurogroupe, Mario Centeno. Réunis le 26 mars en visioconférence, les 27 chefs d’Etat et de gouvernement de l’UE avaient fixé 15 jours à leurs ministres pour trouver une riposte économique commune à la crise. Eux-mêmes n’étaient pas parvenus à s’entendre lors de ce sommet, qui avait révélé de profondes divisions, les pays du Sud, plus fragiles, dénonçant l’égoïsme des riches pays du Nord face à la crise.
L’Italie, l’Espagne et la France, ainsi que six autres pays de la zone euro, avaient appelé à la création d’un instrument pour un emprunt commun aux 19 pays ayant adopté la monnaie unique parfois surnommé les «corona bonds». La mutualisation des dettes des pays européens est depuis longtemps réclamée par les pays particulièrement endettés du Sud de l’Europe, comme l’Italie, mais elle est rejetée par les pays du Nord.

 

 

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc