×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

International

Algérie: L’heure des procès en appel

Par L'Economiste | Edition N°:5691 Le 05/02/2020 | Partager
Les chefs d’inculpation retenus contre plusieurs condamnés réexaminés
Ils sont poursuivis en vertu des dispositions du code de la justice militaire et du pénal

Le procès en appel de plusieurs responsables algériens a été fixé au 9 février prochain, selon la défense. Plusieurs noms sont cités: Said Bouteflika, frère de l’ancien président algérien, des anciens généraux Mohamed Mediene, directeur des services secrets algériens pendant 25 ans et son successeur Athmane Tartag, outre la présidente du Parti des Travailleurs, Louisa Hanoune.

Ces personnalités, ainsi que l’ancien ministre de la Défense et ex-chef d’état-major de l’armée, Khaled Nezzar, son fils Lotfi et Farid Benhamdine, gérant de la Société algérienne de pharmacie, tous les trois jugés par contumace dans la même affaire, seront traduits le 9 février devant le même tribunal, selon les médias algériens.

Lors de leur premier procès, qui s’était tenu le 24 septembre au tribunal militaire de Blida, le juge a prononcé des peines de 15 à 20 ans de prison contre eux. Mais leurs avocats ont finalement fait appel, en jugeant que les «conditions d’un procès équitable n’étaient pas réunies».

De ce fait, les juges du tribunal militaire de Blida vont réexaminer les chefs d’inculpation retenus contre les condamnés. Ils sont poursuivis en vertu des dispositions du code de la justice militaire et du code pénal, pour «complot contre l’autorité de l’Etat et contre l’autorité de l’Armée». Le Parti des Travailleurs a également confirmé la programmation du procès en appel la même date de sa Secrétaire générale.

Dans un communiqué, il rappelle qu’«elle a été condamnée arbitrairement par le tribunal militaire de Blida à 15 ans de prison ferme dans le cadre de la criminalisation de l’action politique». Le Parti renouvelle son appel à sa libération ainsi que de tous les détenus politiques et d’opinion.

D’autre part, la justice algérienne a acquitté lundi 3 février Samir Benlarbi, figure du «Hirak». Sur la base de ses publications sur les réseaux sociaux, Benlarbi était accusé «d’atteinte à l’intégrité du territoire», crime passible de dix ans de prison et de «diffusion de publications portant atteinte à l’intérêt national», passible d’un an d’emprisonnement.

Lors de son procès, le 27 janvier à Alger, le procureur avait requis trois ans de prison ferme contre Benlarbi, en détention provisoire depuis la mi-septembre. La justice a également acquitté Mustapha Bendjama, rédacteur en chef d’un quotidien algérien.

Un cas d’école…

«Pour comprendre comment s’est fait le triomphe du Système algérien sur la rue qui le contestait, il importe d’écarter l’écume médiatique et les emballements idéologiques pour aller au fond des réalités algériennes», indique Bernard Lugan, historien, spécialiste de l’Afrique et auteur du livre «Algérie, l’histoire à l’endroit», disponible via la revue mensuelle par Internet «L’Afrique réelle». D’après l’historien, il s’agit d’«une victoire qui s’est faite sans ces scènes d’anarchie qui défigurent la France depuis deux ans, et sans ces massacres de foules qui se produisent régulièrement dans le monde arabo-musulman. Un cas d’école… dans l’attente de l’avenir qui dira si cette victoire ne fut que provisoire». «Après plus d’un an de Hirak, demeuré maître du calendrier qu’il avait lui-même fixé, et en dépit de la poursuite de manifestations qu’il va maintenant s’efforcer de faire apparaître comme jusqu’au-boutistes, le Système algérien, que l’on disait condamné, a finalement triomphé de la rue…», souligne Bernard Lugan.

F. Z. T. avec agences

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc