×
  • L'Editorial
  • régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

    Culture

    Un beau livre pour contribuer à faire renaître l’école

    Par Amine BOUSHABA | Edition N°:5688 Le 31/01/2020 | Partager
    L’ouvrage est édité par l’association Enfance Maghreb Avenir
    Des photographies de l’artiste Brahim Benkirane
    ecrier-lavenir-088.jpg

     

    Ecrire l’avenir, celui de centaines de jeunes élèves des quartiers périphériques du Grand Casablanca, à qui l’association Enfance Maghreb Avenir (EMA)donne une chance et un accès à une meilleure éducation.  L’association vient d’éditer un beau livre, du même titre, qui met en valeur son action depuis 2006, date de sa création. 

    C’est-à-dire la création ou l’aménagement d’infrastructures dans les écoles publiques des quartiers défavorisés du Grand Casablanca, dans un seul objectif, l’amélioration de l’accès à l’éducation des jeunes Marocains.  Grace à une équipe de bénévoles, avec à leur tête Najate Limet, la fondatrice, EMA accompagne la scolarité des enfants par différents types d’actions comme la lecture, l’informatique, le transport scolaire, la distribution de cartables, la formation, etc.

    Depuis 2006, une vingtaine d’établissements scolaires publics ont été rénovés par EMA. L’association,  qui suit  chaque année quelque  11.000 enfants, s’engage à restaurer quelque 10 écoles supplémentaires en 2020. L’association a également lancé,  en octobre 2019, un nouveau centre de formation par l’apprentissage où soixante enfants, âgés de 15 à 20 ans, déscolarisés, apprennent un métier répondant au marché de l’emploi, grâce à une formation sur deux ans.

    Une école de la deuxième chance, avec un coût conséquent, puisqu’un cursus revient à 20.000 DH par élève.  C’est cet esprit de solidarité  combative que tente de retranscrire le livre Ecrire l’avenir. Une retranscription en image, puisqu’il s’agit avant tout d’un recueil photographique sous l’œil  de l’artiste photographe Brahim  Benkirane.

    Aux photographies, presque abstraites, des salles de classe où chaque détail est magnifié, s’ajoutent des clichés illustrant la joie de vivre, l’ardeur ou l’application des élèves bénéficiaires du projet.

    «L’avenir s’inscrit aujourd’hui: c’est une évidence devenue lieu commun. Sauf quand il s’écrit de travers et qu’il devient inconscient de ne rien faire. Lieu du drame: nos écoles. J’ai croisé une personne qui a décidé d’agir et qui le fait bien, Najate Limet, présidente d’Enfance Maghreb Avenir. J’ai rencontré les directeurs d’écoles qui disent leur  espoir de l’avoir enfin rencontrée. Leur bonheur de l’avoir vue leur rendre leur dignité et la foi en leur mission», écrit l’artiste photographe à propos du projet.

    Il est évident que l’objet du livre est avant tout de  mettre en avant l’espoir d’une dynamique de changement qui se déclenche grâce à une poignée de bénévoles composant l’association, comme le précise la journaliste Myriam Ezzakhrajy qui a signé les textes du beau livre: «Il ne s’agit pas de dévoiler pour dénoncer, d’exposer pour condamner ou d’exhiber pour se révolter. Loin de là. Il s’agit de montrer pour donner envie d’agir, pour servir d’exemple. Montrer ce qui marche avec l’idée de pouvoir, peut-être, inspirer d’autres personnes, d’autres acteurs de la sphère éducative et tous ceux qui veulent contribuer à faire renaître l’école».

    A.Bo

     

    Retrouvez dans la même rubrique

    • SUIVEZ-NOUS:

    1. CONTACT

      +212 522 95 36 00
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]

      70, Bd Al Massira Khadra
      Casablanca, Maroc

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc