×
  • L'Editorial
  • régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

    Competences & rh

    Un premier Bachelor compta-audit à l’UPF

    Par Youness SAAD ALAMI | Edition N°:5680 Le 21/01/2020 | Partager
    L’Université privée de Fès initie le diplôme avec l’Ordre des experts-comptables
    La formation sera opérationnelle dès septembre prochain
    upf_080.jpg

    L’Université privée de Fès (UPF) répond à l’appel du ministre Saaïd Amzazi en lançant un premier Bachelor pour la prochaine rentrée. Ici, Mohammed Aziz Lahlou (à gauche), président de l’Université, et Issam El Maguiri (à droite), président du CNOEC, signant la convention relative au nouveau Bachelor (Ph. YSA)

    C’est officiel. L’Université privée de Fès (UPF) lancera son premier Bachelor en Comptabilité, contrôle et audit (CCA), conformément à la nouvelle réforme et aux orientations du ministère de l’Education nationale. «Initiée en partenariat avec le Conseil national de l’ordre des experts-comptables (CNOEC), cette formation d’excellence avec un effectif de 30 étudiants, sera opérationnelle à partir de septembre 2020», indique Mohammed Aziz Lahlou, président de l’UPF.

    Actée vendredi dernier, cette coopération prévoit la coordination pédagogique, l’enseignement, ainsi que l’encadrement des étudiants en stage et en alternance. «L’Ordre des experts-comptables s’allie à plusieurs établissements supérieurs en vue d’assurer une formation de qualité, basée sur le savoir-faire des professionnels de la comptabilité, le contrôle et l’audit», relève Issam El Maguiri, président du CNOEC.

    El Maguiri a saisi l’occasion pour éclairer les jeunes étudiants sur les principales dispositions de la loi de finances 2020. «Une loi très dense, lourde en matière fiscale…mais qui tend à inciter à l’investissement et à l’amélioration de l’environnement des affaires», estime le président de l’Ordre.

    Outre l’amélioration du régime incitatif applicable aux opérations d’apport de patrimoine et de titres de capital à une holding, ce dernier a évoqué «l’amendement de taille» à l’article 216 de la loi de finances. Pour rappel, l’évaluation du revenu global du contribuable sur la base des dépenses est revisitée. Un amendement de l’article 29 (couplé au 216), adopté par la Commission des finances de la Chambre des conseillers, consiste à augmenter le seuil à partir duquel l’administration peut exercer ce type de contrôle.

    Ainsi, cette vérification ne peut être opérée que lorsque le montant des dépenses visées à l’article 216 est supérieur à 240.000 DH par an, au lieu de 120.000 auparavant.

    Y.S.A

     

    • SUIVEZ-NOUS:

    1. CONTACT

      +212 522 95 36 00
      [email protected]com
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]

      70, Bd Al Massira Khadra
      Casablanca, Maroc

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc