×
  • L'Editorial
  • régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Le prix de L’Economiste pour la recherche en économie, gestion et droit
    International

    Sommet afro-britannique: Des enjeux pour le Maroc

    Par L'Economiste | Edition N°:5680 Le 21/01/2020 | Partager
    Investissement, plusieurs accords, migration… au menu
    Le Brexit prévu le 31 janvier

    Le Royaume-Uni serait plus ouvert aux migrants du continent africain après le Brexit. Ce sont les propos du Premier ministre britannique Boris Johnson qui a reçu, hier lundi, des dirigeants africains venus à Londres pour participer au premier sommet Royaume-Uni-Afrique de l'investissement.

    Devant un parterre de chefs d'Etat, le chef du gouvernement britannique a affiché sa volonté de faire du Royaume-Uni un «investisseur de choix» en Afrique. Il a souligné que la sortie du Royaume-Uni de l'UE à la fin du mois marquerait la fin du traitement de faveur des migrants européens.

    «Notre système (migratoire) devient plus juste et équitable entre nos amis et partenaires du monde entier et traite les gens de la même manière, d'où qu'ils viennent», a-t-il déclaré. «En faisant passer les gens avant leur passeport, nous serons en mesure d'attirer les meilleurs talents», a ajouté Boris Johnson.

    Organisé à moins de deux semaines du Brexit, ce sommet doit se traduire par des annonces d'accords commerciaux entre entreprises britanniques et du continent africain pour 6,5 milliards de livres sterling (7,6 milliards d'euros).

    Boris Johnson, dont le pays va accueillir la COP26 à Glasgow en fin d'année, a également annoncé une modification de la stratégie d'investissement britannique pour contribuer à lutter contre le réchauffement climatique. «Plus le moindre centime des contribuables britanniques ne sera directement investi dans l'extraction de charbon ou sa combustion pour produire de l'électricité. Nous allons à la place nous concentrer sur le soutien à la transition vers des alternatives zéro ou bas carbone…», a-t-il expliqué.

    Le Royaume-Uni est à la recherche de nouveaux partenaires commerciaux, alors que le Brexit, prévu au 31 janvier, mettra fin à 47 ans de vie commune et d'échanges privilégiés avec l'Union. De leur côté, les diplomates européens se préparent pour la deuxième phase des négociations avec Londres, celle portant sur la relation future. Bruxelles présentera dès la sortie britannique un mandat de négociation aux Etats membres, qui devra être approuvé par les 27, lors d'une réunion ministérielle le 25 février. Les négociations pourront alors officiellement débuter.

    Ce qu’a dit El Othmani

    sommet-afro-britannique-080.jpg

    «Le Maroc s'emploiera à raffermir les liens entre l'Afrique et le Royaume-Uni après le Brexit», a indiqué le chef de gouvernement, Saâdeddine El Othmani. Dans une déclaration à la presse à l'issue de ses entretiens avec le premier ministre britannique, El Othmani a souligné que «l'Afrique est un continent jeune, qui regorge de richesses importantes et qui jouera un rôle plus influent dans les prochaines décennies». Il a souligné aussi que le sommet afro-britannique revêt une grande importance. Car il permettra au continent d'avoir plus de visibilité sur ses liens avec le Royaume-Uni après sa sortie de l'UE. Tout en notant que toutes les grandes puissances vont rivaliser pour entretenir de bonnes relations avec l'Afrique. Partant de ses relations privilégiées avec les différents pays africains et au vu de sa place politique, géostratégique, culturelle et socio-économique en Afrique, le Maroc a adopté une vision claire et de long terme pour le continent. o

    F. Z. T. avec agences

    Retrouvez dans la même rubrique

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc