×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

Analyse

Placements: Faut-il continuer à snober la Bourse?

Par Franck FAGNON | Edition N°:5679 Le 20/01/2020 | Partager
Pour plus de rémunération, il faudra accepter un minimum de risque
L’assurance-vie et les fonds OPCI, des alternatives crédibles
bourse-de-casablanca-079.jpg

L’introduction de nouveaux instruments et l’amélioration de la surveillance et du contrôle du marché pourraient favoriser un retour des particuliers sur la Place. Le regain de l’activité économique devrait aussi soutenir ce mouvement (Ph. L’Economiste)

Le risque zéro ne paie pas et il peut même engendrer une perte d’opportunités et donc de pouvoir d’achat. C’est le cas avec les dépôts sur les comptes sur carnet par exemple. Par moments, le rendement net de ce placement ne couvre plus l’inflation. Mais les Marocains font primer la sécurité sur le rendement, d’où le succès du compte sur carnet et autres produits de placements bancaires. «Les rendements vont rester bas pendant un bon moment», prévient un professionnel de marché.

Pour améliorer la rémunération de l’épargne, il faudra donc accepter de prendra un chouïa de risque. D’une certaine manière, le contexte actuel pourrait  pousser certains épargnants à reconsidérer le placement en Bourse. Peut-être pas directement, mais à travers des OPCVM gérés par des professionnels qui maîtrisent mieux le fonctionnement du marché.

L’année dernière, les OPCVM actions ont réalisé une meilleure performance que le Masi. L’introduction de nouveaux instruments et l’amélioration de la surveillance et du contrôle du marché pourraient favoriser un retour des particuliers sur la Place.

Sur les trois premiers trimestres 2019, les personnes physiques étaient vendeurs nets (1,3 milliard de DH d’achats contre 1,5 milliard de DH de vente). L’amélioration de la conjoncture et des perspectives des entreprises cotées devrait favoriser les arbitrages en faveur du marché boursier.

Ces dernières années, les épargnants ont redirigé une bonne partie de leur cash sur l’assurance-vie. Ils y trouvent la sécurité tant recherchée et des rendements acceptables, même s’ils ne sont plus aussi consistants qu’auparavant. De nouvelles solutions seront à la disposition des investisseurs avec l’arrivée des OPCI.

Le placement pierre-papier figure parmi les produits qui font défaut dans l’offre existante. Le développement des fonds grand public va permettre aux ménages d’investir dans l’immobilier locatif en s’affranchissant des lourdeurs liées à un investissement classique dans le secteur.

De façon générale, ils doivent se positionner sur des durées plus longues qu’ils ne tolèrent aujourd’hui. «Pour prétendre à des rendements plus intéressants que ceux auxquels ils sont accoutumés, ils doivent s’habituer à épargner sur des durées longues», conseille un gestionnaire de patrimoine.

F. Fa  

 

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc