×
  • L'Editorial
  • régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    eleconomiste

    eleconomiste
    Economie

    Assurance-vie: Malgré des rendements en baisse, la collecte toujours dynamique

    Par Franck FAGNON | Edition N°:5659 Le 20/12/2019 | Partager
    Pour l’instant, la fiscalité et la sécurité du placement l’emportent chez les épargnants
    Le portefeuille de placement du secteur a atteint 200 milliards de DH en valeur marché à fin 2018
    assurance-vie-059.jpg

    Les actifs de taux et des actions dominent dans le portefeuille de placement. L’essentiel des primes d’assurance-vie est investi sur les bons du Trésor et des titres des entreprises

    Les compagnies d’assurance ont collecté 10,5 milliards de DH de primes d’assurance-vie et capitalisation en hausse de 10% au premier semestre 2019. Sur l’ensemble de l’année 2018, elles avaient drainé plus de 18 milliards de DH (+7%).

    Le dynamisme de l’assurance-vie ces dernières années n’est plus à démontrer. Les raisons de ce succès sont multiples. Il reste à savoir comment se comportera ce produit en cas d’amélioration de la conjoncture en Bourse et dans le secteur immobilier. La fiscalité et la sécurité de l’assurance vie sont parmi ses principaux atouts.

    Pour la plupart des épargnants marocains, ces critères sont suffisants pour y placer leur argent. Dans biens des cas, la prise de risque est exclue. Ce qui explique aussi le succès des produits bancaires qui allient sécurité et liquidité. Cependant, la question de la rémunération va de plus en plus se poser notamment pour l’assurance-vie. Les rendements actuels n’ont plus rien à voir avec ceux du passé.

    L’environnement a complètement changé. Les taux obligataires affichent aujourd’hui des niveaux historiquement bas. Or, l’essentiel des primes d’assurance-vie est investi sur les bons du Trésor et des titres des entreprises. Pour maintenir l’attractivité des contrats d’assurance-vie, les offres doivent évoluer et les épargnants doivent aussi accepter de prendre une dose de risque pour optimiser le rendement de leur épargne.

    En 2018, les placements nets du secteur des assurances se sont élevés à 184 milliards de DH dont 164 milliards de DH affectés à la couverture des engagements inhérents aux opérations d’assurances et de réassurance. En valeur marché, le portefeuille atteint 200 milliards de DH.

    A fin 2018, les plus values latentes se sont établies à 27,5 milliards de DH. Le portefeuille de placement est dominé par les actifs de taux (46,4%) et les actions (46,3%). L’exposition des assureurs et réassureurs sur les actifs immobiliers représente 4,3%.

    Le secteur sera parmi les principaux bénéficiaires de la réforme du marché des capitaux et notamment l’introduction de nouveaux instruments. Aujourd’hui, le déploiement des Organismes de placement collectif en immobilier (OPCI) présente un double intérêt pour les assureurs.

    Ces véhicules d’investissement vont leur offrir une alternative intéressante de diversification. Ce ne serait pas une surprise que les OPCI destinés aux investisseurs qualifiés se développent le plus dans un premier temps. Le premier véhicule agréé par l’Autorité des marchés, CDG Premium Immo, géré par AjarInvest, leur est dédié. Par ailleurs, la pierre-papier peut être incluse dans les contrats d’assurance-vie, précisément les contrats à unité de comptes, pour améliorer la collecte.

    F. Fa

     

     

    • SUIVEZ-NOUS:

    1. CONTACT

      +212 522 95 36 00
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]

      70, Bd Al Massira Khadra
      Casablanca, Maroc

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc