×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste



eleconomiste
Vous êtes 173.579 lecteurs à vous connecter sur leconomiste.com chaque jour. Vous consultez 213.013 articles (chiffres relevés le 31/5 sur google analytics)
Culture

Casablanca/Dakar/Lagos/Addis Abeba/Cape Town/Marrakech: Quand le rêve touche la réalité

Par Amine BOUSHABA | Edition N°:5654 Le 13/12/2019 | Partager
fihr-kettani-054.jpg

Fihr Kettani, à la tête d’une école des arts vivants, d’une galerie, d’une maison de vente aux enchères et d’une agence d’évènementiel culturel. Il  est également le secrétaire général de la FDCCA et membre actif de la Fédération des industries créatives et culturelles de la CGEM (Ph. DR)

Véritable architecte du projet, Fihr Kettani est le secrétaire général de la Fondation pour le développement de la culture contemporaine africaine (FDCCA), initiatrice et productrice de l’exposition «Prête-moi ton rêve». 

L’exposition qui fait escale à Dakar du 6 décembre 2019 au 28 janvier 2020, après Casablanca, ambitionne de continuer son itinérance à travers d’autres capitales africaines. Prochaines étapes: Abidjan, Lagos, Addis Abeba, Cape Town et enfin Marrakech. Retour sur une opération aussi ambitieuse que complexe avec le secrétaire général de la FDCCA.

-  L’Economiste: L’exposition «Prête-moi ton rêve» arrive à Dakar, après Casablanca, et confirme sa vocation itinérante. Quelle a été la genèse d’un tel projet?
-  Fihr Kettani:
L’idée a commencé par notre envie à la galerie 38 à Casablanca de recevoir Abdoulaye Konaté. J’ai toujours rêvé de le recevoir, non seulement parce que  c’est un immense artiste, mais aussi parce que j’ai des liens particuliers avec le Mali, mon père étant né à Tombouctou. Pendant les préparatifs de l’exposition, Abdoulaye nous a présenté plusieurs de ses amis artistes, notamment Bartelemy Togo, Soly Cissé, Ky Siriky… Tous, comme lui, très connus au niveau international. Nous avons également rencontré Yacouba Konaté, le directeur du MASA, le marché des arts du spectacle d’Abidjan et très proche du monde de l’art contemporain. Lors d’un dîner, la discussion tournait autour de la frustration des artistes,  par rapport au fait que malgré leur succès à l’international, ils soient si peu connus chez eux, en Afrique. C’est alors que Mohammed Chaoui a lancé cette idée un peu folle, de réunir la dream-team de l’art africain en résidence à  Casablanca pour une exposition qui fera le tour des capitales africaines.

- Entre le rêve et la réalité, quelles ont été les contraintes?
-  La vérité c’est que nous sommes tombés sur une équipe formidable et pleine de bonne volonté. Yacouba Konaté (co-commissaire de l’exposition, ndlr) est un homme d’une sensibilité artistique extraordinaire, mais il est également un entrepreneur en art, puisqu’il gère le MASA. Abdoulaye Konaté, de son côté, est très sage et c’est surtout un homme fédérateur très écouté par les autres artistes. Nous avons eu beaucoup de chance de rencontrer des personnes qui nous ont ouvert cette possibilité, que nous avons saisi et nous avons commencé à écrire cette histoire. Très vite l’idée de créer une association s’est imposée pour pouvoir lever des fonds. Nous avons vécu des moments inoubliables et des échanges incroyables à chaque fois qu’un grand artiste acceptait de rejoindre l’aventure.

dakar-exposition-prete-moi-ton-reve-054.jpg

Inauguration à Dakar de l’exposition «Prête-moi ton rêve».  De gauche à droite: Abdoulaye Diop, ministre de la culture du Sénégal, Fihr Kettani SG de la FDCCA, Ismail Azennar, SG adjoint de la FDCCA et Taleb Barrada ambassadeur du Maroc au Sénégal (Ph. Touré Behan)

- On se dit souvent que les échanges interafricains sont complexes, que la mobilité est très difficile… qu’en est-il pour ce projet?
-  Il y a effectivement cette réputation de difficulté que je ne peux ni infirmer ni confirmer aujourd’hui, c’est trop tôt. Tout ce que je peux vous dire c’est que l’expérience Casablanca/Dakar a été très positive. Nous avons opté pour le transport maritime pour les œuvres, et tout s’est très bien passé. Nous n’avons eu aucune difficulté administrative pour le transit temporaire et nous avons travaillé dans une grande fluidité. Pour l’instant je vous dirai que tout va bien.

- Quel est le coût d’une telle opération?
- Cela coûte très cher malheureusement et il est très difficile d’obtenir des fonds suffisants. La première phase de Casablanca est particulière puisqu’elle inclut les résidences d’artistes et la production. Nous étions sur un budget aux alentours de 4 à 5 millions de DH. Il faut  ajouter à cela une moyenne de 2 millions de DH par étape, mais l’étape sud africaine, si nous arrivons à la réaliser, coûtera quasiment le double, compte tenu des distances et autres contraintes.

- Vous annoncez déjà la prochaine étape qui sera Abidjan. Avez-vous déjà entamé les démarches?
- Nous avons entamé les démarches pour toutes les étapes (Abidjan, Lagos, Addis Abeba, Marrakech, ndlr), mais nous sommes encore très loin de les avoir validées. La réalité c’est que nous fonctionnons à vue. Nous  sommes très confiants pour Abidjan, où nous avons trouvé beaucoup de relais et de volonté. Je pense que l’étape dakaroise va nous aider à convaincre. Dakar est une étape très importante dans notre projet, puisque la promesse commence à être tenue. Ce que je peux vous dire c’est que dès le début de cette aventure, nous nous sommes donné la possibilité d’être très flexibles et très ouverts. Il ne faut pas oublier que ce projet est multi-facettes, vivant, organique… avec des expositions et des activités satellites. Il y a beaucoup de projets à l’intérieur du projet, qui se rajoutent et qui enrichissent. Nous sommes en perpétuelle évolution.

Propos recueillis par Amine BOUSHABA

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc