×
  • L'Editorial
  • Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2020 Prix de L'Economiste 2019 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Insolites

    Un Monde Fou

    Par L'Economiste | Edition N°:5651 Le 10/12/2019 | Partager

    ■ Il mange une banane à 120.000 dollars!
    Qu’est-ce qui est jaune, qu’on scotche au mur, qui vaut 120.000 dollars et qu’on peut manger? Une banane vendue pour ce prix par un artiste, et qu’un autre artiste s’est fait un plaisir de dévorer afin de choquer le bourgeois. Intitulée «Comedian», l’oeuvre, un simple fruit accroché à un mur par l’Italien Maurizio Cattelan, avait été acquise par un collectionneur français pour cette somme. Elle était exposée samedi à l’exposition d’art contemporain Art Basel à Miami Beach (Etats-Unis) quand un visiteur a décidé d’un happening. Comme le montre une vidéo sur son compte Instagram, David Datuna, qui se décrit comme un artiste américain d’origine géorgienne installé à New York, décolle la banane du mur blanc, la pèle et la mange devant une foule de curieux. Il y voit une «performance artistique» qu’il intitule «Hungry Artist» («Artiste ayant faim»), avant de se faire escorter à l’abri des regards par la sécurité. Le préjudice n’est que très relatif, selon la galerie Emmanuel Perrotin, qui a vendu «Comedian». «Il n’a pas détruit l’oeuvre. La banane, c’est l’idée», a expliqué son directeur des relations avec les musées Lucien Terras, au quotidien Miami Herald. Toute la valeur réside en effet dans le certificat d’authenticité, le fruit étant censé se faire remplacer régulièrement plutôt que de pourrir. D’ailleurs, au bout d’un quart d’heure une nouvelle banane était scotchée au mur. «Cela a amené beaucoup de tension et d’attention sur l’installation et nous ne sommes pas fervents du spectacle», a ajouté M. Terras. «Mais la réaction a été fantastique. Cela donne le sourire à beaucoup de gens».

    ■ Une maire interdit à ses administrés de mourir le week-end
    Défense de mourir le week-end: la maire de La Gresle (Loire) a pris un arrêté interdisant aux habitants de sa commune de décéder à leur domicile les samedis, dimanches et jours fériés, pour dénoncer la pénurie de médecins. «Il est interdit aux habitants de décéder à domicile sur le territoire communal les samedis, dimanches et jours fériés pour une durée indéterminée», précise cet arrêté publié vendredi soir. «Un décès récent un dimanche midi a apporté la preuve de l’absurdité d’un système auquel le maire répond par un arrêté absurde», indique dans un communiqué Isabelle Dugelet, maire de ce village d’environ 850 âmes. Le 1er décembre, elle avait mis 02H30 à trouver un médecin pour faire constater le décès d’un résident de l’Ehpad local, précise le quotidien Le Progrès qui a révélé l’information. «C’est un manque de respect pour le défunt et pour les familles», a-t-elle déclaré à l’AFP. L’édile a ajouté avoir pris cet arrêté pour dénoncer plus globalement «une situation sanitaire catastrophique» dans sa commune et les communes avoisinantes. Le secteur est dépourvu de garde médicale car les médecins, trop peu nombreux, en sont dispensés.
    «Les gens ont du mal à se faire soigner, à trouver un médecin traitant et sont obligés de faire parfois des kilomètres. Conséquence: ils sont mal remboursés car ils ne sont pas dans un parcours de soins», détaille-t-elle.

     

     

     

     

     

     

     

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc