×
  • L'Editorial
  • Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Prix de L'Economiste 2020 Prix de L'Economiste 2019 Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    International

    COP25: Les alertes à la queue leu leu

    Par Fatim-Zahra TOHRY | Edition N°:5649 Le 06/12/2019 | Partager
    L’année 2019 a eu son lot de catastrophes climatiques
    Des jeunes font entendre leur voix
    cop25-049.jpg

    Participants à la COP25 qui se poursuit jusqu’au 13 décembre à Madrid, leaders politiques, économiques, scientifiques, célébrités ou militants ont annoncé une nouvelle initiative pour le climat. Et ce, avec l'ambition de dynamiser les meilleures idées pour enrayer le changement climatique.

    Cette initiative, intitulée «Countdown» (compte à rebours), a été présentée par le président de l'association TED Chris Anderson et plusieurs personnalités. Dans l'immédiat, ils vont partager sur les réseaux sociaux des messages sur l'urgence climatique dans toutes les langues.

    Avec son lot de catastrophes climatiques, «l'année 2019 marque la fin d'une décennie de chaleur exceptionnelle, de recul des glaces et d'élévation record du niveau de la mer à l’échelle du globe, en raison des gaz à effet de serre produits par les activités humaines», indique l'Organisation météorologique mondiale (OMM).

    Selon l'Observatoire des situations de déplacement interne (IDMC), plus de 10 millions de personnes ont été déplacées dans leur propre pays au premier semestre, dont sept à cause de catastrophes climatiques. Les inondations en sont la première cause, devant les tempêtes et les sécheresses.

    Les régions les plus touchées sont l'Asie et le Pacifique. Au rythme actuel, la température pourrait grimper jusqu'à 4 ou 5°C d'ici à la fin du siècle. Et même si les Etats respectent les engagements déjà pris, la hausse du mercure pourrait dépasser 3°C, quand l'accord de Paris de 2015 prévoit de limiter le réchauffement climatique mondial bien en-dessous de 2°C, voire à 1,5°C.

    «Nous méritons un avenir. Nos dirigeants ne peuvent pas nous laisser tomber. Nous devons continuer à nous battre…», des parents et des jeunes militants pour le climat du monde entier ont fait entendre leur voix et leur colère à la COP25 en présence de la jeune Suédoise Greta Thunberg. Malgré cette pression de la rue et les preuves scientifiques soulignant l'urgence à agir, les quelque 200 signataires de l'accord de Paris réunis à Madrid risquent de décevoir ces attentes. Car aucun des grands émetteurs ne devraient annoncer prochainement de nouvelles ambitions de réduction de leurs émissions de gaz à effet de serre.

    L'UE n'atteindra pas ses objectifs environnementaux en 2020 mais peut y parvenir en 2030 et 2050 si elle relève les défis sans précédent qui s'annoncent, a prévenu l'Agence européenne de l'environnement (EEA) dans un rapport. «Si la plupart des objectifs de 2020 ne seront pas atteints, particulièrement en matière de biodiversité, il est encore possible de réaliser les objectifs à long-terme», écrivent ses auteurs.

    Pour lutter contre «le rythme alarmant de dégradation de la biodiversité, l'augmentation de l'impact sur le changement climatique et la surconsommation des ressources naturelles, l'UE doit agir urgemment», ajoute l'agence.

    A la COP15 pour la biodiversité qui se tiendra en octobre 2020 en Chine, les Etats devront définir de nouveaux objectifs pour mieux la protéger. Tout en sachant que les engagements pris pour la décennie qui s'achève n'ont dans l'ensemble pas été atteints.

    L’expérience marocaine

    La COP25 est une occasion pour présenter l'expérience marocaine (Le Maroc avait organisé la COP22 à Marrakech). Le Royaume qui a ratifié la Convention Cadre des Nations-Unies sur les changements climatiques (CCNUCC) le 28 décembre 1995, figure parmi les pays les plus engagés dans la lutte contre les assauts du dérèglement climatique. C’est ce qu’indique un rapport publié par le portail de l’Action climatique mondiale, relevant du Secrétariat exécutif de la Convention-cadre des Nations Unies sur les changements climatiques. Il cite plusieurs initiatives visant à réduire les émissions de gaz à effet de serre et assurer la transition énergétique avec des économies vertes respectueuses de l’environnement. Le document onusien fait état de l’adhésion du Maroc à l’Alliance pour l’ambition climatique. Laquelle rassemble les pays qui prévoient d’intensifier leurs actions en 2020 et ceux qui veulent travailler pour atteindre zéro émission nette de CO2 d’ici 2050.

    F. Z. T.

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc