×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

Régions

Casablanca: 20.000 cafés hors la loi

Par Aziza EL AFFAS | Edition N°:5648 Le 05/12/2019 | Partager
A peine 2.000 à 3.000 établissements ont leur autorisation d’exercer
La plateforme «Rokhas» submergée par les demandes de régularisation
27.000 visites de sensibilisation et 17.000 PV
casablanca-domaine-public-048.jpg

Plus de 22 établissements  (cafés, snacks,  commerces…) ont été la cible, mardi 3 décembre, d’une descente musclée de la police administrative à la préfecture d’El Oulfa. Mission: raser les terrasses de cafés et devantures de magasins occupant le domaine public (Ph. privée)

La campagne de récupération du domaine public menée tambour battant à Casablanca commence à donner ses premiers fruits. Après le passage des agents de la police administrative à Hay Hassani et El Oulfa (cf. édition du 3 décembre 2019) et la démolition de plusieurs terrasses de cafés, les propriétaires s’activent pour régler leur situation.

La plateforme électronique «Rokhas» est submergée par les demandes de régularisation. Plus de 80 demandes d’autorisations ont été déposées en une journée, confirme une source bien informée. Il s’agit généralement de cafés ou snacks qui non seulement occupent le domaine public sans payer les redevances, mais certains n’ont même pas leur autorisation d’exercer. Sur les 22.000 établissements recensés à Casablanca, à peine 2.000 à 3.000 sont autorisés en bonne et due forme, assure la même source.

Il va sans dire que les descentes effectuées par la police administrative à Hay Hassani et El Oulfa ont eu un effet dissuasif. Les propriétaires de divers établissements (cafés, restaurants, commerces…) s’activent donc pour régulariser leur situation. Pour l’heure, les préfectures de Hay Hassani et El Oulfa sont les seules à avoir accompli toutes les formalités pour le démarrage de la campagne de démolition.

Les autres devraient prendre exemple sur cette initiative afin de généraliser l’opération à l’ensemble du territoire de Casablanca. Au total, plus de 10.000 établissements seront visés dans les semaines et les mois à venir. Leurs dossiers sont en cours de traitement.

Le constat est que la cadence des opérations de démolition des terrasses de cafés s’est accélérée durant les 2 dernières semaines. Les prochains sur la liste sont les bouchers (pour vérifier l’origine et la conformité des viandes) et les panneaux d’affichage non réglementaires. L’objectif de la commune est bien évidemment de fructifier ses recettes, à quelques semaines de la clôture de l’exercice 2019.

A ce jour, plus de 17.000 PV ont été dressés par les 150  agents de la police administrative (qui auront un renfort de 100 agents en janvier prochain). Leur périmètre d’action s’étend à 3 domaines: domaine public, urbanisme et hygiène.

Aziza EL AFFAS

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc