×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Politique

    Les partis libéraux se concertent à Fès

    Par Youness SAAD ALAMI | Edition N°:5643 Le 28/11/2019 | Partager
    Assurer un avenir durable basé sur la protection des droits de l’homme… en priorité
    Promouvoir la coopération internationale et respecter les principes de durabilité aussi
    hakima-el-haite-043.jpg

    «Le rôle de notre instance est de défendre la liberté au nom de tous les libéraux du monde», indique Hakima El Haité, présidente du LI. En 2018, elle a été élue, à l’unanimité, présidente de l’organisation, membre de plus de 100 partis libéraux internationaux (Ph. YSA)

    Pari réussi pour la 203e réunion du comité exécutif de l’Internationale Libérale (LI) qui s’est tenue le week-end dernier, à Fès. Organisé sous le thème «Paix et prospérité grâce aux marchés ouverts: Placer un commerce équitable et l’investissement stratégique au cœur d’un avenir durable», l’événement a réuni une centaine de participants représentant 32 partis libéraux issus de 27 pays, dont le Maroc.

    En effet, le Royaume préside le LI depuis une année. Il est représenté au sein de l’organisation internationale(1) par deux partis, à savoir l’Union constitutionnelle (UC) et le Mouvement populaire (MP). Et la présidente du LI n’est autre que l’ancienne ministre délégué chargée de l’Environnement, Hakima El Haité.

    La rencontre de Fès s’est penchée sur l’importance du rôle joué par le commerce dans la consolidation de la paix et la prospérité, mais également dans l’édification d’un avenir durable basé sur la prospérité et la protection des droits de l’homme. «Un avenir construit aussi grâce à un retour à la coopération internationale», souhaite El Haité.

    Car, selon elle, «nous avons le plus besoin de réinventer le multilatéralisme, basé sur le respect, la solidarité et la recherche de la paix et de la solidarité dans le monde… notre rôle est de défendre la liberté au nom de tous les libéraux du monde».

    D’autres intervenants ont souligné qu’il y a «de plus en plus une prise de conscience que nos modèles de croissance, nos modes de vie et de travail sont enracinés dans le court terme excessif et ne sont tout simplement pas durables».

    Face aux effets déjà tangibles du changement climatique, à la baisse de la compétitivité mondiale et aux pressions de la «quatrième révolution industrielle», l’un des principaux objectifs de Liberal International est d’accélérer la modernisation de notre système économique mondial, en le rendant plus durable, sobre en carbone, économe en énergie et en ressources, d’une manière socialement équitable.

    Toutefois, l’ampleur des investissements nécessaires pour permettre une transition ou une émergence durable des marchés est si importante qu’elle ne peut être réalisée qu’avec le soutien des acteurs publics et privés à tous les niveaux. Ceci est encore loin de se concrétiser à l’échelle exigée. Les bénéfices à court terme continuent de prévaloir sur les intérêts à long terme, mettant en péril les emplois, la compétitivité et le bien-être futurs.

    «Conformément aux engagements internationaux ambitieux pris par nos membres au niveau des Nations unies, Liberal International a la responsabilité de contribuer à un remodelage fondamental du système financier et d’aider les membres à créer de véritables incitations aux niveaux national et régional afin d’encourager une stratégie à grande échelle des investissements et un recalibrage des modèles d’entreprise vers une allocation du capital plus favorable à l’avenir», s’accordent les responsables du LI.

    Pour eux, il est nécessaire de favoriser le développement durable ou la transition des marchés par un recentrage substantiel des systèmes économique et financier ainsi que la création d’emplois à plus long terme, tout en continuant à offrir un cadre de vie équitable, sain et de qualité. Ceci, afin d’assurer la compétitivité de nos industries et stimuler l’emploi.

    «L’absence de vision à long terme, de définitions et de normes communes signifie que les marchés des capitaux restent sous-utilisés pour redistribuer les fonds d’investissements non durables vers des investissements respectueux de l’avenir», alertent-ils.

    Et de conclure: «Il faut changer les incitations des industries et des consommateurs en proposant des moyens de production alternatifs qui répondent à nos aspirations pour un marché équitable et en croissance constante, tout en respectant les principes de durabilité et de respect des droits de l’homme.»

    Accélérer la réponse globale

    Les systèmes dominants de production et de consommation montrent leurs faiblesses, tandis que les innovations de niche, à la fois technologiques et sociales, bouleversent les vieux paradigmes économiques et détournent les emplois des secteurs traditionnels. Pendant ce temps, une crise énergétique et climatique se développe, dont les impacts sont de plus en plus vastes et tangibles sur les écosystèmes, l’économie et la société. «Notre planète ne peut continuer à maintenir notre style de vie actuel sans répercussions majeures. Nous sommes conscients aujourd’hui des risques qui nous attendent demain et nous pouvons les prévenir. C’est une question de volonté politique et d’action», soulignent-ils. Et d’insister: «Il faut donner aux générations futures un monde plus stable, une planète plus saine, des sociétés plus justes et des économies plus prospères».
    Pour y parvenir, il faut passer aux nouveaux modèles de croissance durable combinant des considérations économiques, sociales et environnementales de manière globale, qui respectent les frontières de la planète et réduisent les impacts négatifs du réchauffement planétaire, tout en renforçant la résilience des infrastructures existantes et maintenir la croissance.

    Y.S.A.

    -------------------------------------------------------------------

    (1) Le Liberal International s’approche de ses 70 ans. Cette organisation internationale compte le plus grand réseau de parlementaires libéraux à l’échelle internationale (1.200 députés issus de 100 partis libéraux et d’une soixantaine de pays). Sa réunion à Fès était aussi l’occasion de lancer une Académie internationale de formation démocratique libérale en partenariat avec le parti néerlandais VVD, parmi d’autres services visant à promouvoir la démocratie et les droits de l’homme.

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc