×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Courrier des Lecteurs

    Chirac: Le Maroc perd un grand ami!

    Par L'Economiste | Edition N°:5606 Le 03/10/2019 | Partager
    chirac_006.jpg

    ■ Un dirigeant pacifiste avant tout
    Jacques Chirac était un grand chef d’Etat, doublé d’un ami du Maroc et de tous les pacifistes. Il avait notamment conseillé l’ex-président américain Bush de revenir sur sa décision d’occuper l’Irak, mais en vain… Que la paix soit sur lui!
    B.L.

    ■ Des prises de position courageuses!
    Chirac n’est plus et nous a quittés. Ce qu’on retiendra de ce grand politicien? Ses prises de position courageuses concernant les questions du Sahara marocain, du conflit israélo-palestinienne ou encore de l’invasion de l Irak. Un vrai homme de principe!
    J.T.

    ■ Valeurs
    «Je suis triste, profondément triste après la disparition de Jacques Chirac. Jacques Chirac, c’est le plus beau côté de la France érigé au plus haut sommet de l’Etat… Il personnifiait ces valeurs qui font que la France est un pays admirable qui rayonne dans le monde: générosité, compassion, écoute de l’autre et charité. Si Chirac est tellement aimé en Afrique et notamment au Maroc, c’est parce qu’il représentait cesdites valeurs. J’aurais vraiment aimé le rencontrer juste pour le saluer, mais c’est ainsi! En tant que croyant, je prie le Tout Puissant pour qu’il l’accueille en Sa Sainte Miséricorde et qu’il lui procure paix et sérénité de l’âme! Le président Macron a dit qu’il nous aimait autant que nous l’aimions. C’est tellement vrai…».
    R.H.

    ■ Les Goumiers et Chirac
    L’image que je revois, c’est celle d’Hassan II  presque entièrement de dos et portant une djellaba rayée, se penchant pour saluer Jacques Chirac sur le point de partir en voiture et saluant notre souverain exactement de la même façon. Je ne sais pas quand cette photographie a été prise, mais il y a comme un esprit de famille dans cette image... Car c’est ainsi que l’on salue des parents lorsqu’ils s’en vont. Avec Chirac, la France était grande, peut-être plus grande qu’aujourd’hui, mais elle n’écrasait pas ses amis! Je veux rappeler ici que c’est Chirac qui a réhabilité les Goumiers du Maroc et les tirailleurs du Sénégal, comme l’illustre le touchant film «Indigènes» (avec l’inoubliable Jamel Debbouze).

    Hilal B.

                                                                                 

    Question-réponse

    question_reponse_006.jpg

    Du retard dans l’éducation?
    Permettez-moi de vous faire part de mon ressentiment après avoir lu avec attention l’édito du 26 septembre dernier. Je cite : «l’Education nationale qui est en train de rattraper son retard...». Je me demande si vous avez vraiment conscience de ce que vous écrivez et sur quels faits tangibles vous vous basez pour vanter ce soi-disant rattrapage de retard!
    MJ

    L'Economiste:
    Merci pour votre remarque! Vous avez absolument raison, nous n'aurions pas dû employer ce mot  dans cette phrase car il renvoie aussitôt au retard dans les formations, l'organisation, etc. En fait, il ne s'agit pas du retard accumulé dans ses missions d’enseignement, mais de celui que l'Education nationale avait pris l'habitude d’accumuler au niveau de la transmission de ses propres données. Un phénomène apparu lentement au cours de cette décennie... Par ailleurs, ces absences de données ont créé des discontinuités statistiques, y compris celles transmises aux organisations internationales du domaine. L'actuel ministre lutte par ailleurs pour renouer avec cette discipline l'élaboration de données à jour.

                                                                                 

    Embouteillages à Casa: Le problème persiste toujours!

    La circulation à Casablanca ne s’améliore pas avec le temps. Au fil des années, celle-ci devient au contraire de plus en plus chaotique! Ces derniers mois, les travaux s’y accumulent sensiblement, portant sur des déviations de réseaux, l’installation de la fibre optique ou encore l’élargissement des chaussées. Les solutions et les explications de nos lecteurs… (cf. notre édition du 26 /09 /2019)

    ■ Et si l’on construisait un métro?
    Il n'y a qu'au Maroc que le tramway occupe une double voie complète limitée par un immense trottoir. A Amsterdam, par exemple, les tramways côtoient directement les voitures, motos et autres bicyclettes. Notre seule solution pour désenclaver nos rues et nos boulevards? Un métro!
    N.M.

    ■ RER et trains régionaux? La solution!
    Pour résoudre ces éternels problèmes de circulation dans la ville blanche, l’ONCF doit songer à mettre sur les rails des trains régionaux et des RER. Des solutions devenues monnaie courante ailleurs et qui permettraient de réduire sensiblement le désagrément urbain en encourageant les travailleurs automobilistes à se déplacer sans stress et plus économiquement! Un moyen également de conserver son habitation principale au lieu de chercher un logement à proximité du lieu de travail…
    O.P.

    embouteillage_casa_006.jpg

    ■ L’origine du chaos urbain est avant tout d’ordre humain!
    Le problème des embouteillages à Casablanca persiste encore et toujours! Pour en venir à bout, il faudrait tout d’abord limiter autant que possible le nombre de taxis, lesquels font régner l’anarchie dans la métropole en ne respectant que rarement les règles élémentaires de conduite… Autre solution et non des moindres, réduire la quantité d’écoles privées. En effet, plus ces établissements se multiplient, plus le nombre de bus scolaires en circulation augmente. Sans oublier les parents des chérubins garés en deuxième voire en troisième file et qui bouchent en toute impunité le passage aux autres automobilistes. Enfin, les conducteurs ne respectant pas le code de la route qui ne sont pas verbalisés représentent également un facteur d’anarchie des plus significatifs… Ce n’est qu’après avoir résolu tous ces problèmes que l’on pourra penser à celui des travaux (et du désagrément occasionnée par ces derniers)! Revoyons nos priorités!
    M.B.

     

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc