×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

Insolites

Un Monde Fou

Par L'Economiste | Edition N°:5605 Le 02/10/2019 | Partager

■  Un golfeur  suspendu trois ans pour un doigt d’honneur
Un geste d’humeur qui vaut cher: un golfeur sud-coréen a été suspendu trois ans pour un doigt d’honneur adressé au public en réaction à un bruit provoqué par un téléphone, a indiqué mardi l’Association coréenne de golfeurs professionnels (KPGA). Dimanche, 16e trou du Daegu Gyeongbuk Open: Kim Bi-o, en tête du tournoi, est en pleine concentration quand il entend, dans la foule, le bruit de l’appareil photo d’un smartphone. Il se tourne en direction du bruit, lève son majeur tendu et claque son club au sol. A l’unanimité, la KPGA a décidé de le suspendre trois ans du circuit coréen et de le sanctionner d’une amende de 10 millions de wons (environ 7.600 euros). «Kim Bi-o a souillé la dignité d’un golfeur en violant les règles de savoir-vivre avec un comportement inapproprié», est-il écrit dans un communiqué de la KPGA. Le golfeur de 29 ans a finalement gagné le tournoi, mais regrettera surtout d’avoir perdu ses nerfs. Mardi, il s’est agenouillé devant les caméras de télévision, présentant en larmes de plates excuses après avoir été entendu par la KPGA pour ce geste. Pourtant leader du circuit coréen, Kim ne pourra pas finir la saison.

■ Une autorisation pour vendre des tickets de concerts!
Difficile d’échapper aux assauts de ces camelots en tenue rococo dans le centre de Vienne: les dizaines de vendeurs de rue déguisés en Mozart pour proposer des places de concert aux touristes devront désormais montrer patte blanche et obtenir une autorisation. Le conseil municipal de Vienne a introduit vendredi cette nouvelle obligation destinée à réguler une activité qui a pris de l’ampleur ces dernières années: la vente sauvage de tickets pour les concerts de musique classique qui font la réputation de la capitale autrichienne. Sur l’esplanade de la cathédrale de Vienne, devant l’opéra ou l’ancien palais impérial, des dizaines de vendeurs en costume baroque -perruque blanche à queue de cheval, vestes de velours, souliers à boucle- rabattent les groupes de touristes. Une «nuisance» pour les visiteurs, avait dénoncé cet été le curé de la cathédrale, Toni Faber. Outre une autorisation officielle, les faux Mozart devraient se voir assigner des zones spécifiques pour la vente, que la ville de Vienne va définir dans les prochains mois. La plupart des vendeurs travaillent pour le compte d’organisateurs de concerts moins réputés que les grandes institutions viennoises de la musique ayant pignon sur rue. Des plaintes émanant de touristes s’estimant floués sur la qualité de la représentation commercialisée par certains vendeurs ont également incité les autorités à mieux encadrer la vente de rue.

 

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc