×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Insolites

    Un Monde Fou

    Par L'Economiste | Edition N°:5586 Le 05/09/2019 | Partager

    ■ Un prêtre fait interdire Harry Potter dans une école catholique
    Le prêtre d’une école catholique aux Etats-Unis a fait interdire les livres d’Harry Potter dans son établissement après avoir demandé conseil à des exorcistes à Rome, craignant que les romans cultes ne soient utilisés pour invoquer des esprits malé­fiques. «Les sorts et les malédictions uti­lisés dans le livre sont des sorts réels qui risquent de faire surgir les esprits malé­fiques chez les humains qui les lisent», a écrit Dan Reehil, prêtre de l’école catho­lique St. Edwards à Nashville, dans un courriel adressé à des exorcistes à Rome, selon des médias locaux. Les exorcistes lui ont recommandé de retirer les livres de la bibliothèque de cet établissement du Tennessee. Rebecca Hammel, responsable des écoles du diocèse de Nashville, a assuré que M. Reehil avait «l’autorité canonique de prendre de telles décisions», précisant que les livres ne seraient plus présents dans la nouvelle bibliothèque de l’école. Lancée en 1997, la série aux sept volumes raconte les aventures d’un jeune sorcier nommé Harry Potter à l’école de sorcellerie de Poudlard et son combat contre Lord Volde­mort, un mage noir à la recherche de l’im­mortalité. La saga littéraire de la romancière britannique J.K Rowling a été interdite à plusieurs reprises dans des écoles aux Etats-Unis et au Royaume-Uni, pour avoir préten­dument promu des valeurs sataniques ou de magie noire.

    ■ Un correspondant de Playboy récupère son accrédi­tation pour la Maison Blanche
    Le correspondant à la Maison Blanche du magazine de charme Playboy a récupé­ré mardi son accréditation lui permettant de travailler dans la résidence de l’exécu­tif, qui avait été suspendue le mois dernier après une altercation avec un ex-conseiller de Donald Trump. Le journaliste, Brian Karem, avait vu son pass suspendu suite à un échange virulent avec Sebastian Gorka, ancien assistant du président américain, lors d’une conférence de presse en juillet. La porte-parole de la Maison Blanche Stepha­nie Grisham avait alors pris une sanction au mois d’août pour suspendre durant 30 jours l’accréditation permanente de Brian Karem qui lui donne accès à la Maison Blanche, l’accusant notamment d’un manque de pro­fessionnalisme. Mais le juge fédéral Rudol­ph Contreras a considéré que les standards concernant le comportement que devaient avoir les journalistes durant ladite confé­rence de presse n’avaient pas été établis clai­rement en amont. Il a donc ordonné que M. Karem récupère immédiatement son accré­ditation. Brian Karem avait vu son pass sus­pendu après une altercation avec Sebastian Gorka à l’issue d’une conférence de presse dans les jardins de la Maison Blanche en clôture du sommet sur les réseaux sociaux organisé par Donald Trump en juillet.
    Celui-ci s’est réjoui de la décision du juge mardi en tweetant: «Que Dieu bénisse la Constitution et la liberté de la parole», et remerciant ses avocats. «Nous nous réjouis­sons de l’ordre donné par le juge Contreras de rendre à Brian Karem son accréditation permanente, protégeant ainsi les droits de tous les journalistes», a également tweeté Playboy dans la foulée. La Maison Blanche avait déjà tenté de suspendre l’accréditation d’un journaliste vedette de CNN en no­vembre dernier. Jim Acosta avait été mis au ban après un échange tendu avec Donald Trump lors d’une conférence de presse, mais lui aussi avait pu récupérer son pass pour la Maison Blanche grâce à une décision de justice favorable.

     

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc