×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Entreprises

    Mortier de plâtre: CMPE ignore la crise

    Par Jean Modeste KOUAME | Edition N°:5547 Le 02/07/2019 | Partager
    Le marché évolue à 30% par an
    Un investissement de 25 millions de DH à Safi
    platre_cmpe_5547.jpg
     Le mortier de plâtre grignote de plus en plus de parts de marché au mortier de ciment, depuis son introduction au Maroc. Ce matériau de construction représente environ 20% du chiffre d’affaires de CMPE (Ph. CMPE)

    Passer d’une capacité de production de 50.000 à 300.000 tonnes de mortier de plâtre et enduits divers! Tel est le nouveau palier atteint par la Compagnie marocaine de plâtre et d’enduit (CMPE) sur son site de Safi. Ce saut quantitatif a été réalisé grâce à un investissement de 25 millions de DH de la filiale du groupe Safari (famille Lamrani), qui multiplie ainsi par 6 ses capacités de production.
    La nouvelle unité de production, qui jouxte une autre installée en 2007, est dotée des dernières technologies automatisant le dosage, le mixage, l’ensachage et la palettisation. «Cet investissement vise à répondre à une demande croissante du marché national de ce matériau de construction qui évolue aujourd’hui à un rythme de 30% par an. Au lancement du produit, nous étions à 60% de croissance par an. Si ce taux de croissance continue pour le 5 prochaines années, d’ici 3 voire 4 ans, cette unité sera saturée. L’objectif de cet investissement est d’accompagner la forte croissance», explique Jarfar El Briak, directeur chargé de mission. Cette réalisation confirme le rôle stratégique de la CMPE, premier industriel marocain en activité dans le secteur depuis 1980.
    Fabriqué à partir de la matière première rocheuse (le gypse), le plâtre est un mélange préparé à partir de la calcination du gypse, roche sédimentaire, appelée autrefois pierre à plâtre ou pierre des plâtrières. La roche est généralement extraite de mines ou de carrières souterraines puis cuite et ensuite concassée, broyée et moulue pour donner la poudre blanche du plâtre. De nombreux adjuvants ou additifs, y compris des charges, pigments et colorants, peuvent aussi entrer dans la composition de ce matériau. Safi est la région du Maroc qui renferme les plus grands gisements de gypse. La roche est la deuxième ressource minérale du Maroc après le phosphate. Les réserves sont estimées à plus de 5 milliards de tonnes et «exploitées à un rythme actuel de l’ordre de 1 million de tonnes par an. Nous en avons encore pour des centaines d’années», soutient Mohammed El Bajta, directeur général adjoint. Réputé pour ses propriétés d’isolation thermique, acoustique et ses caractéristiques techniques et esthétiques, le mortier de plâtre grignote depuis une douzaine d’années des parts de marché aux solutions traditionnelles de mortiers de ciment, auxquelles il se substitue, dans les travaux d’intérieur (second œuvre), grâce à sa dureté, sa maniabilité, et l’économie de temps à son application. Le matériau réalise une percée dans les logements sociaux. Ce qui s’explique par un changement  observé dans le secteur de la construction ou encore le rendu. Cependant, la pénétration du produit (estimée à 10%) est tributaire de son adoption par les applicateurs et revendeurs (quincailleries, magasins de bricolage…), principaux prescripteurs du produit. Mais aussi l’idée qu’ont les consommateurs du plâtre, perçu parfois comme moins robuste que le mortier de ciment. Ramené dans un contexte général, le mortier de plâtre répond à plusieurs enjeux, notamment l’efficacité énergétique des bâtiments, une solution efficace aux problèmes d’humidité, ou encore le fait de ne pas utiliser le sable qui est une ressource surexploitée. Au Maroc, un récent rapport onusien (ONU Environnement) précise que la moitié du sable utilisé dans les BTP (soit 10 millions de m3 par an) provient de l’extraction illégale de sable dans les zones côtières. Depuis plusieurs décennies, le sable fait l’objet de scandales au Maroc. La ressource subit de fortes pressions eu égard aux extractions intensives et pillages tout au long du littoral (Oualidia, Sidi Abed, Azemmour, Sidi Rahal, Had Soualem, Kénitra, Sidi Allal Tazi, Moulay Bousselham, Larache, Tanger...). (Cf. L’Economiste n°5520 du 21 mai 2019).
    Pour accompagner l’adoption de son produit et booster les ventes, l’industriel parie sur la formation des applicateurs, les donneurs d’ordre… Depuis l’ouverture de son centre de formation en 2005, à Casablanca, la CMPE a dispensé des formations à plus de 1.500 professionnels du secteur (ouvriers, artisans, ingénieurs et architectes).

    Carte de visite

    Le produit phare de la CMPE est le plâtre de moulage, principalement destiné au staff et la décoration. Ce produit contribue à hauteur de 80% au chiffre d’affaires global de l’industriel (y compris l’export, qui représente 25 à 30% des ventes). CMPE emploie plus de 250 personnes directement, et plusieurs centaines indirectement. En 2018, la compagnie du groupe Safari a réalisé plus de 250 millions de DH de chiffre d’affaires, en croissance depuis 10 ans. Les 20% restants sont accaparés par le mortier de plâtre, dont l’industriel revendique 50% de parts de marché. «Si l’on suit l’évolution de l’Europe, à terme, le chiffre d’affaires sera composé essentiellement du mortier et la plaque de plâtre, parce que les clients ont de plus en plus besoin de produits techniques», explique le management. CMPE a dans son tour de table le groupe allemand Knauf, leader mondial dans la production de plâtre. 

     

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc