×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Insolites

    Un Monde Fou

    Par L'Economiste | Edition N°:5541 Le 24/06/2019 | Partager

     Une sculpture à 50.000 euros détruite par une fillette!
    Ce week-end, la foire internationale d’art contemporain Art Basel a vu se dérouler une scène forte en émotion. Une fillette de trois ans a fait tomber l’insecte géant créé par la plasticienne Katharina Fritsch. Le quotidien allemand Bild, dans un article repéré par Le Figaro, rapporte que la maman de la concernée baladait son enfant de trois ans dans une poussette à travers les œuvres d’art de la foire artistique. La petite fille, attirée par la mouche en plastique, essaye alors de la saisir, mais la fait malencontreusement tomber. La chute de la sculpture provoque un grand bruit suivi des cris de stupeur des visiteurs et galeristes de la foire. Dans la chute, les deux ailes de la mouche se sont détachées. La mère, au bord des larmes, a dû donner ses coordonnées au responsable de l’exposition. La valeur de la sculpture est évaluée à 50.000 euros. La foire d’Art Basel est la foire artistique la plus importante du monde. Du 13 au 16 juin, 4.000 artistes étaient représentés par 290 galeries. C’est la galerie de Matthew Marks qui exposait cette mouche, tout simplement baptisée Mouche. Selon la communication du musée, la sculpture pourrait être réparée, on ignore qui s’occupera de s’acquitter des frais. Mouche n’est pas la première œuvre d’art détériorée par maladresse. C’est une gaucherie qui arrive fréquemment.

     Les chats stérilisés gagnent en santé 
    Moins de tumeurs mammaires, de l’appareil génital ou encore de maladies infectieuses et de virus : les chats stérilisés sont en meilleure santé et vivent plus vieux, révèle une étude Opinionway réalisée fin mars pour la SPA et rendue publique jeudi 20 juin, pour inciter les maîtres à y recourir. Les vétérinaires interrogés constatent à 99% que la stérilisation améliore l’espérance de vwie des chats et 65% souhaitent la rendre obligatoire. Elle réduit les risques de maladies graves telles que les tumeurs mammaires cancéreuses dans plus de neuf cas sur 10, si elle est réalisée avant les premières chaleurs (entre quatre et six mois). 

     Un ours blanc affamé à plus de 800 km de son habitat naturel
    Les images de l’animal ont fait le tour des réseaux sociaux en Russie. Un ours polaire affamé a été repéré en périphérie de la ville industrielle de Norilsk (est de la Sibérie), dans l’Arctique russe, en train de chercher de la nourriture dans les bennes à ordures, à plus de 800 kilomètres de son habitat traditionnel, ont indiqué mardi 18 juin les autorités locales. Il a été aperçu pour la première fois dimanche soir dans la zone industrielle de Talmakh, au nord-est de Norilsk, a précisé à l’AFP un responsable local des services environnementaux. «Il se déplace encore dans les alentours d’une usine, sous le contrôle des policiers et des services d’urgence qui s’assurent de sa sécurité et de celle des habitants», a-t-il indiqué. Une équipe de spécialistes doit arriver mercredi dans cette ville située au-delà du cercle polaire arctique pour inspecter l’animal et prendre une décision sur son sort. Les incursions d’ours polaires en quête de nourriture se font de plus en plus fréquentes dans le nord de la Russie, à mesure que leur habitat et leur alimentation sont dégradés par le changement climatique et la fonte de la banquise. Il est toutefois rare que les habitants de Norilsk repèrent un ours blanc à plusieurs centaines de kilomètres de la banquise. Les ours polaires sont reconnus comme une espèce en danger et leur chasse est interdite en Russie.

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc