×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Entreprises

    African Cristal MAD: Un véritable accélérateur de business

    Par Joséphine ADAM | Edition N°:5536 Le 17/06/2019 | Partager
    novlaine_ben_brik_036.jpg

    Novlaine Ben Brik est en charge de la direction des opérations du nouveau Cristal. L’événement, qui réunit les décideurs des industries des médias et de la pub, vient de couronner le meilleur de la création publicitaire sur le continent.

    Novlaine Ben Brik est en charge de la direction des opérations du nouveau Cristal. L’événement, qui réunit les décideurs des industries des médias et de la pub, vient de couronner le meilleur de la création publicitaire sur le continent. A l’affiche également, des conférenciers de haute volée décidés à défendre les «positive brands». Règlement plus strict, nombre réduit de catégories, nouveau nom, trophées re-designés, qui ont pris, pour l’occasion, les couleurs de l’Afrique… le Cristal a été réinventé. Entretien.

    - L’Economiste: Quels sont les objectifs de ce nouveau Cristal?
    - Novlaine Ben Brik:
    L’événement a été réinventé pour être plus crédible sur le marché, tant côté compétition que côté conférences. Il s’agit d’un événement bicéphale, un deux-en-un avec deux pôles très importants. Les participants sont tous des décideurs des industries des communications, entre médias, régies, annonceurs, créatifs. Ces quatre jours servent à s’inspirer mais servent aussi d’accélérateurs de business, dans un esprit bienveillant. Autre objectif, celui de montrer l’unification des Afriques. Trop souvent, on en parle comme étant un pays et non un continent. Le sommet Cristal mélange l’Afrique du Nord, l’Afrique francophone, subsaharienne, l’Afrique du Sud… avec l’envie de remettre le continent sur le devant de la scène.

    - Quelles sont les conditions et les retombées pour les agences sélectionnées?
    - Toutes les agences d’Afrique, les annonceurs, les agences publicitaires sont amenées à entrer en compétition via notre plateforme digitale. Leurs campagnes ne doivent pas dépasser un an d’ancienneté. Remporter un African Cristal award apporte évidemment de la visibilité et une légitimité car le règlement est très strict et le jury est très bien implanté dans le secteur de la publicité, de la production, du son… ce sont tous de grands créatifs. Être reconnu par des pairs d’une telle importance apporte de la valeur au travail soumis en compétition.

    - Quid des agences qui ne font pas la démarche de s’inscrire?
    - La veille est bien sûr essentielle. Nos équipes sont en alerte sur ce qui fait le buzz, sur les campagnes de pub qui marchent et se distinguent. C’est à nous alors d’aller vers ces agences pour les inciter à entrer en compétition et ainsi leur donner plus de poids dans l’industrie. Nous ne sommes plus à l’heure des grands groupes de publicité. Il y a aujourd’hui des agences indépendantes qui font un travail incroyable et il est normal qu’elles pèsent elles aussi dans la balance. Ce n’est pas l’indépendance qui fait que l’on est petit, au contraire, la créativité n’a pas de limites.

    - Quelques mots sur la prochaine édition...
    - Le Cristal MAD sera du 11 au 14 décembre prochain à Samoëns, une commune française de Haute-Savoie, avec un très beau thème qui est «brands and entertainment». Pour l’African Cristal, l’année prochaine, nous espérons revenir au Maroc, terre d’accueil, ou peut-être ailleurs en Afrique, le continent est si grand.

    Propos recueillis par J.A.

     

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc