×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Insolites

    Un Monde Fou

    Par L'Economiste | Edition N°:5475 Le 18/03/2019 | Partager

    ■ Elle se coupe la main pour escroquer ses assurances
    Une femme de 21 ans a été arrêtée en Slovénie pour s’être délibérément tranché la main afin de toucher plusieurs centaines de milliers d’euros de primes d’assurance, a annoncé lundi la police «Avec un complice, elle s’est délibérément amputée la main au niveau du poignet à l’aide d’une scie circulaire dans l’espoir de faire passer cela pour un accident», a précisé un porte-parole de la police de la capitale Ljubljana, Valter Zrinski. La main a pu être recousue à l’hôpital universitaire de Ljubljana. Les enquêteurs ont toutefois tiqué en découvrant que la jeune femme avait tenté de faire jouer cinq contrats d’assurance qu’elle avait souscrits peu auparavant. Elle espérait toucher au total 380.000 euros d’indemnités, plus quelque 3.000 euros mensuels à vie au titre de son invalidité. La vraie-fausse victime et son complice, un membre de sa famille âgé de 29 ans qui avait déjà été condamné pour fraudes, ont été incarcérés et devront s’expliquer devant un tribunal. Ils risquent huit ans de prison. Un couple de complices plus âgés, également des membres de la famille de la jeune femme, a été placé sous contrôle judiciaire. Les faits, révélés lundi, se sont produits en début d’année dans la banlieue de Ljubljana, a précisé la police.

    ■ Ils se baignent dans l’eau glacée pour financer leur start-up
    Pour réussir en affaires, il faut parfois savoir garder son sang-froid: de jeunes entrepreneurs sacrifient à un bain glacé non loin du cercle arctique dans l’espoir de financer leur projet. Des représentants de douze start-up ont participé mercredi au «Polar Bear Pitching», une compétition à nulle autre pareille, dont les concurrents viennent se vendre devant un jury d’investisseurs à Oulu, ville portuaire du nord de la Finlande. La règle est simple: vous pouvez parler, présenter, argumenter tant que votre corps reste immergé dans un trou d’eau glacé creusé sur les rives de la mer Baltique. «C’était terrible. C’était comme se faire frapper en pleine face par dix mecs vraiment forts», a déclaré le vainqueur Lasse Brurok qui, avec son coéquipier Arne-Morten Willumsen, a remporté le prix de 10.000 euros. Confortablement installés au chaud sur la berge, les juges ont été impressionnés par le ton humoristique du duo, mais aussi par le potentiel de leur projet professionnel, un site internet qui permet de vendre et racheter des livres neufs et usagés en Norvège. «Nous sommes arrivés avec l’intention de gagner, et ça a marché! Même si nous étions confiants, c’est tout de même un choc. C’était très amusant», a déclaré Arne-Morten Willumsen à l’AFP. Revêtant des costumes farfelus, jouant de la flûte ou du tambour, les compétiteurs de l’édition 2019 venaient notamment des États-Unis, du Kenya, d’Estonie et de Finlande. Un record d’endurance au froid a été battu avec un participant immergé pendant cinq longues minutes, alors que la durée moyenne des présentations est d’une à deux minutes. Un bain chaud est à la disposition des nageurs transis à l’issue de leur grand oral. D’autres projets innovants ont attiré l’attention du jury de cette année, dont un concept de câble électrique ultraléger, un système de capteurs à moindre coût pour suivre les matchs de tennis et un outil d’analyse de CV vidéo.

     

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc