Insolites

Un Monde Fou

Par L'Economiste | Edition N°:5449 Le 08/02/2019 | Partager

■ Joshua Trump s’endort en plein discours sur l’état de l’Union
Le jeune Joshua Trump, maltraité durant des mois par des enfants à cause de son nom de famille avant d’être invité à Washington par Melania Trump, n’aura pas résisté au discours sur l’état de l’Union: il s’est endormi en pleine Chambre des représentants. Melania Trump a fait du jeune garçon un symbole de sa lutte contre le harcèlement. Joshua Albert Trump, 11 ans, s’est fait harceler pendant des mois à l’école dans son Etat du Delaware à cause de son patronyme, bien qu’il n’ait aucun lien familial avec le président. Mardi soir, il faisait partie des invités de la Première dame au Congrès américain à Washington pour le discours solennel de Donald Trump sur l’état de l’Union. Un honneur réservé aux plus grands personnages de la société civile américaine auquel le petit Joshua a sûrement été sensible, mais cela ne l’a pas empêché de s’endormir, comme l’ont remarqué les caméras et les photographes. Le discours a commencé à 21h et a duré près de 90 minutes, finissant à une heure peut-être trop tardive pour le jeune Joshua.

■ Une église qui sert de musée de l’espace
Dans cette église orthodoxe centenaire, les visiteurs se recueillent non pas devant des icônes mais devant une combinaison spatiale ou un casque de Iouri Gagarine, exemples parmi d’autres des pièces d’un extravagant musée de l’espace en Ukraine. Vestige d’une époque où la conquête spatiale faisait quasiment figure de religion pour les Soviétiques, ce musée installé dans le centre de l’Ukraine survit tant bien que mal en dépit des convoitises d’églises rivales et du manque de moyens. Vue de l’extérieur, la bâtisse en bois n’a rien d’extraordinaire avec sa coupole couronnée d’une croix dorée et ses murs peints en bleu et gris. A l’intérieur, l’église Sainte-Parascève abrite plus de 450 pièces d’exposition: du matériel technique dont une astromobile, des objets personnels dont un casque et un parachute du Soviétique Iouri Gagarine, premier homme envoyé dans l’espace en 1961, et notamment une collection de portraits de Gagarine où celui-ci arbore le large sourire qui a fait de lui une icône parmi les cosmonautes de l’époque soviétique. Ce musée fait partie d’un complexe ethnographique en plein air à Pereyaslav-Khmelnytsky, petite ville au riche passé historique, située à 80 kilomètres au sud-est de Kiev. Il a été fondé dans les années 1970 dans un contexte de politique antireligieuse menée par l’URSS et qui a abouti à des milliers de destructions d’églises ou de transformations en locaux utilitaires. «Les vols dans l’espace étaient alors follement populaires et chaque petit garçon rêvait de devenir cosmonaute», ajoute Sergui Volkodav, son jeune responsable scientifique, devant une combinaison spatiale. Selon lui, le choix du lieu s’est imposé pour des raisons terre à terre: il permet d’exposer des pièces volumineuses, comme un modèle de fusée long de plusieurs mètres.

 

  • SUIVEZ-NOUS:

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc