×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Entreprises

    Transformation numérique: Retour d’expériences de dirigeants

    Par Jean Modeste KOUAME | Edition N°:5412 Le 14/12/2018 | Partager
    OCP, Saham Assurance, BCP, CIH Bank… les premiers
    La digital factory n’est pas une fin en soi

    «La transformation digitale est devenue une nécessité. Soit on la conduit, soit on la subit. Lorsqu’on est les premiers à le faire, l’avantage est énorme. Par contre, elle devient un mal nécessaire à la survie quand on est suiveur», soutient Yassine Sekkat, directeur associé chez McKinsey.

    La création de digital factory est très à la mode. Faire ce pas est devenu l’obsession des dirigeants de grandes entreprises pour transformer leur core business, afin de répondre aux défis d’aujourd’hui et de demain. Or, un tel projet est difficile à réaliser sans le sponsorship du top management.

    En effet, la phase ultime de ce process passe par l’industrialisation du mode de travail de digital factory à l’échelle de toute l’organisation. C’est à ce titre que les directeurs de systèmes d’information réunis au sein de l’Association des utilisateurs des systèmes d’information au Maroc (AUSIM) ont tenu, le mercredi dernier, une conférence post-Assises.

    La rencontre a permis à des dirigeants en charge des systèmes d’information de quatre entreprises, qui réussissent ce projet, à partager leur retour d’expériences, «use cases» et «proof of concept»: OCP, Saham Assurance, BCP, CIH Bank.

    L’analyse des approches respectives a permis de relever quatre modèles ayant un certain nombre de dénominateurs communs (organisation agile, intégration de nouvelles compétences du type product owner, scrum master… des profils difficiles à retenir).

    Cependant, des différences fondamentales ont été relevées en termes d’ancrage chez chacun de ces champions du digital. Chez OCP, la digital factory est une entité au sein d’un digital office qui intègre trois entités sous la même enseigne: digital factory, IT et data. Chez CIH, l’on conçoit la transformation digitale à travers la transformation IT. D’où l’intégration de la digital factory au niveau de la direction des systèmes d’information.

    Chez BCP, la transformation est intégrée au sein des métiers. En d’autres termes, c’est le métier qui apporte la transformation avec l’appui d’une force digitale. Et finalement, l’approche Saham Assurance où une entité séparée a été créée en dehors des métiers pour réaliser la transformation. Sur le contenu, certaines entreprises sont très orientées digital, d’autres très data. D’autres encore combinent les deux. Certaines intègrent les fintech, d’autres ont opté pour une innovation de l’intérieur ou encore un peu des deux.

    Les digital factories commencent à émerger parce qu’elles représentent une partie de la solution qui aide à accélérer la transformation du core business des entreprises. En effet, elles permettent de créer un environnement dans lequel on arrive à faire travailler, en collaboration, voire aligner sur un seul cap, les métiers, les directions SI ainsi que la direction générale. Ce qui est un pas important.

    Elles constituent une forme d’environnement protégé permettant d’adopter de nouveaux modes de travail induits par l’intégration des nouvelles technologies. Elles permettent également de créer des «cocons» plus attractifs pour attirer et développer des talents, d’où la création de structures RH dédiées, notamment chez Saham Assurance. In fine, ces «labs» permettent à des structures plus ou moins rigides d’adopter des process plus agiles, adaptés aux sources d’innovation externes (écosystème fintechs).

    Approches multiples

    BCP a tout récemment dévoilé sa squad factory, un lieu où différentes solutions digitales sont conçues, développées et expérimentées, avec comme objectif primordial l’amélioration de l’expérience et du parcours client. Depuis octobre 2009, CIH Bank parie sur le digital banking. Par ailleurs, OCP implique ses experts en digital en leur donnant les moyens de proposer des produits numériques axés sur l’utilisateur et l’innovation. Quant à Saham Assurance, elle se présente comme un laboratoire dédié à l’innovation à travers sa digital factory.

    M.Ko.

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc