×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste



eleconomiste
Vous êtes 195.938 lecteurs à vous connecter sur leconomiste.com chaque jour. Vous consultez 234.695 articles (chiffres relevés le 4/6 sur google analytics)
Insolites

Un Monde Fou

Par L'Economiste | Edition N°:5398 Le 26/11/2018 | Partager
cari_insolite_098.jpg

■ 500 dollars pour voir un dragon de Komodo de près

Les touristes qui veulent voir un dragon de Komodo, la plus grande espèce vivante de lézards au monde, de près et dans son habitat naturel pourraient le payer très cher. C’est en tout cas le souhait d’un responsable politique indonésien. Le gouverneur de la province des Petites îles de la Sonde orientale, où vit cette espèce en danger au tempérament plutôt agressif et à la bave mortelle, souhaite facturer le privilège 500 dollars par personne. Actuellement, les touristes étrangers doivent acquitter un droit d’entrée de 10 dollars pour visiter le Parc national de Komodo. Si Viktor Bungtilu Laiskodat obtient gain de cause, seuls les touristes «extraordinaires» pourront rencontrer ces varans qui peuvent mesurer jusqu’à trois mètres pour 70 kilos. Les dragons de Komodo «sont très uniques, mais malheureusement, ils sont bon marché», a regretté cette semaine le gouverneur dans un discours devant des administrateurs d’université. «Seuls les gens dotés de poches profondes sont autorisés à voir (les dragons). Ceux qui n’ont pas l’argent ne doivent pas se rendre dans le parc car il est destiné spécifiquement aux gens extraordinaires».

■ Une appli qui permet de traquer les failles des services publics!
Plus de 100.000 personnes ont envoyé leurs doléances en moins d’un mois au gouvernement pakistanais, qui a lancé une application pour traquer les dysfonctionnements des services publics, notoirement défaillants, a annoncé jeudi un conseiller du Premier ministre Imran Khan. Quelque 84.000 plaintes sont en cours de traitement et plus de 16.000 ont été résolues, a déclaré lors d’une conférence de presse Iftikhar Durrani, assistant spécial de l’ancien champion de cricket devenu chef du gouvernement. Les requêtes avaient principalement trait aux services municipaux, suivies par les questions d’énergie, de santé et d’éducation, a précisé M. Durrani, ajoutant que 96% des plaignants étaient des hommes. Imran Khan, élu fin juillet à la tête du gouvernement, a promis de créer un «Naya Pakistan», un nouveau Pakistan, dans lequel il instaurerait un Etat-providence islamique, alors que les carences des services publics pakistanais sont légion. L’ex-sportif s’est engagé à lutter contre la prévarication.

 

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc