×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Insolites

    Un Monde Fou

    Par L'Economiste | Edition N°:5375 Le 19/10/2018 | Partager

    ■ Un maire élu à pile ou face
    Un pile ou face a permis d'élire vendredi le maire d'un village isolé des Andes au Pérou, où deux candidats étaient à égalité après le scrutin, a annoncé la Commission nationale des élections. À Tibillo, dans la région d'Ica (sud-ouest), le hasard a souri à Wilbert Estrada, du parti centriste Action populaire.
    «Merci à la Vierge de mon village, le tirage au sort m'a été favorable. Je suis très heureux de travailler pour faire avancer ce village oublié», a déclaré le vainqueur aux journalistes. M. Estrada a battu son propre cousin, Javier Gallegos, du Mouvement régional de travail pour la modernité. Chacun des deux avait obtenu 102 voix sur un total de 347 suffrages exprimés aux élections municipales du 7 octobre. Deux autres candidats se sont partagé le reste. Cette élection insolite a eu lieu en public, dans le local de la Commission électorale spéciale de la région d'Ica. La pièce de monnaie a été lancée par le commissaire de police du village. Un premier tirage au sort avait déterminé quel candidat hériterait de quel côté de la pièce. Pour le vainqueur, c'était pile, et pour le perdant, face.

    ■ Les cendres de papy étaient dans les cookies
    Une lycéenne américaine affirme avoir confectionné des cookies en incorporant les cendres de son grand-père à la recette avant de les faire déguster à des camarades de classe, a annoncé mercredi la police de Davis (Californie), qui juge ses dires malheureusement très crédibles. Les faits se sont produits le 4 octobre à la Da Vinci Charter Academy, et au moins neuf lycéens auraient mangé les macabres biscuits, selon Paul Doroshov, de la police de Davis, cité par des médias locaux. Certains élèves ignoraient la présence de cendres humaines dans les cookies au sucre mais d'autres «étaient prévenus et les ont quand même consommés, a-t-il déploré, jugeant l'affaire sérieuse.
    Un des lycéens concernés, Andy Knox, a expliqué à la télévision locale KCRA-TV qu'une fille de sa classe lui avait offert un gâteau en lui disant qu'il contenait un «ingrédient spécial» mais qu'il avait pensé à du cannabis. Selon l'adolescent, le biscuit n'avait pas un goût bizarre mais renfermait «de petits grains gris» et «craquait sous la dent, comme quand on mange du sable étant enfant». Les policiers ont ouvert une enquête et tentent de déterminer comment qualifier les faits juridiquement. Ils étudiaient une section du Code pénal de Californie consacrée à la profanation de cadavres mais le chef de troubles à l'ordre public pourrait être plus approprié, relève Paul Doroshov. Un responsable du lycée cité par le Los Angeles Times a quant à lui regretté que les médias se soient emparés de cette «affaire de famille» et assuré que les élèves concernés ne couraient aucun risque sanitaire.

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc