Régions

Oujda: Un salon de philatélie pour promouvoir la destination

Par Ali KHARROUBI | Edition N°:5369 Le 11/10/2018 | Partager
Participation de 12 pays arabes et 12 associations philatéliques marocaines
Emission spéciale de quatre timbres-poste commémoratifs
timbres_069.jpg

Les quatre timbres émis pour l’occasion se rapportent à des icônes civilisationelles d’Oujda (Jamaâ Lakbir (bâti en 1298), Bab Sidi Abdelouahab (datant de 1325), la blouza (légendaire robe locale) et le rebab (instrument de musique gharnatie)

Quatre nouveaux timbres postaux viennent d’être émis pour célébrer Oujda comme capitale de la culture arabe. Un coup de pouce promotionnel pour la capitale de l’Oriental sur le plan international et ancrer la diversité de ses valeurs culturelles. Les quatre timbres se rapportent à des icônes civilisationelles d’Oujda (Jamaâ Lakbir (bâti en 1298), Bab Sidi Abdelouahab (datant de 1325), la blouza (légendaire robe locale) et le rebab (instrument de musique gharnatie).

Une première en soi, car depuis le lancement des festivités célébrant Oujda comme capitale de la culture arabe, aucun support visuel n’a été valorisé de la sorte. «À travers les images qu’il porte, le timbre postal témoigne de l’évolution d’une région, des mutations économiques et culturelles que connaissent les sociétés. Il est également un attribut de souveraineté assez fort, qui circule librement et consolide les relations humaines», confie à L’Economiste Ikrame Taibi, responsable de la division philatélie à Barid Al-Maghrib. 

L’émission de ces timbres constitue le moment fort à la sixième édition du Salon philatélique arabe, organisée du 9 au 11 octobre, par la Commission permanente arabe des postes, Barid Al-Maghrib et le ministère de la Culture et de la Communication.

L’événement se déroule au théâtre Mohammed VI d’Oujda, en présence de douze pays arabes (Algérie, Arabie saoudite, Emirats arabes unis, Egypte, Mauritanie, Palestine, Qatar, Soudan, Tunisie, Maroc...) et douze associations philatéliques marocaines.

Au programme de cette édition, une conférence sur le rôle du timbre postal dans la promotion de la culture, des workshops, des ateliers de dessin pour enfants, une compétition philatélique entre associations pour primer celles qui détiennent la meilleure collection.

Le concours artistique organisé à cette occasion a consacré trois artistes peintres: N. Boumaaza pour la réalisation de deux timbres, M. Cherifi et M. El Ouanti, avec un timbre chacun. En parallèle, le concours de dessin pour enfants, sur la thématique «l’Oriental est une belle région à dessiner», a primé quatre dessins. Barid Al-Maghrib s’engage à les émettre sur des timbres postaux en 2019.

«Une manière de récompenser les talents en herbe et sensibiliser à l’importance du timbre postal comme support de créativité et de valorisation des œuvres d’art», souligne Amine Benjelloun Touimi, directeur général de Barid Al-Maghrib. De son côté l’Union postale universelle a animé deux ateliers sur les thèmes des actions de développement de la philatélie et la lutte contre les émissions illégales des timbres-poste.

Quant à Mohamed Laaraj, ministre de la Culture et de la Communication, il a insisté sur la symbolique du timbre comme facilitateur d’échanges et de consolidation des relations humaines. C’est ce qui a été corroboré lors de la conférence animée par l’universitaire et historien Badr Maqri sur le «rôle du timbre dans la promotion de la culture».

Maqri a expliqué qu’au-delà de son utilité en tant que moyen d’affranchissement du courrier, le timbre véhicule l’image d’une œuvre d’art plastique, architecturale et artisanale. Il est en mesure de symboliser un fait historique, un événement scientifique ou des réalisations majeures d’ordre économique, social ou sportif.

Promotion par l’art

bab_sidi_abdelwahab_doujda_069.jpg

En marge de la 6e édition du Salon arabe de la philatélie, deux conventions de partenariat ont été signées entre Barid Al-Maghrib et le ministère de la Culture et de la Communication portant sur l’émission de timbres postaux sur le thème des monuments historiques du Royaume. S’y ajoutent une compétition philatélique et un concours de dessin de timbres au profit des enfants. Le but est de généraliser la culture philatélique auprès des écoliers et jeunes lycéens tout en les encourageant à développer des réflexes éthiques. Au niveau de l’Oriental, plusieurs monuments historiques sont à valoriser comme les kasbahs de Debdou, Saïdia, Laâyoune, l’oasis de Figuig, les grottes du chameau et des pigeons, les portes et les remparts de la médina d’Oujda, les anciennes bâtisses coloniales et monuments mérinides et saâdiens. C’est le cas de la porte de Bab Sidi Abdelwahab d’Oujda comme ici sur la photo.

De notre correspondant permanent, Ali KHARROUBI

 

  • SUIVEZ-NOUS:

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc