×
  • L'Editorial
  • régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Le prix de L’Economiste pour la recherche en économie, gestion et droit
    Analyse

    Culture de l’oignon: Les recettes ciblées de l’OCP

    Par Youness SAAD ALAMI | Edition N°:5331 Le 08/08/2018 | Partager
    Accompagner fabricants-distributeurs d’engrais pour une agriculture prospère et durable
    Améliorer la production, la qualité, et le rendement… l’engagement de l’OCP
    oingon_culture_031.jpg

    C’est l’heure de la récolte chez les producteurs d’oignons de la région Fès-Meknès. Riche en vitamines, cette plante condimentaire contient aussi des oligo-éléments intéressants tels que le brome, le baryum, le sélénium, le soufre, le zinc (Ph YSA)

    Un petit calcul montre que le bénéfice moyen par hectare, évidemment s’il est bien travaillé, peut atteindre 75.000DH. Pour Hamid Tichout et son fils Adnane, «l’oignon, cet incontournable de la cuisine qui fait pleurer, est source de bonheur pour plusieurs producteurs».

    Cette famille de petits agriculteurs travaille la terre depuis plus de 40 ans. Elle diversifie les cultures dans son exploitation de 35ha (11ha dans la Commune rurale de Laqsir à Ain Taoujdate et 24ha dans la commune d’Aït Ouallai) pour mieux vivre. «Nous faisons de l’oignon entre avril et août, puis la pomme de terre, l’olivier et les céréales…de manière à garantir un rendement rationnel et raisonné», explique Tichout.

    En outre, l’intérêt porté par l’OCP pour les producteurs d’oignons de la région Fès-Meknès, et principalement la province d’El Hajeb, n’est pas fortuit. Faut-il rappeler que  cette région est championne de la production d’oignons. Elle réalise 54% de la production nationale, soit 455.820 tonnes sur les 900.000.

    En termes de superficie de production, celle-ci atteint 9.522 ha, soit 33% de la superficie totale nationale (27.073 ha). La filière arrive en 2e position au niveau de la sole maraîchère après la pomme de terre, avec une superficie moyenne annuelle de 33.000 ha. Les rendements moyens peuvent atteindre 30T/Ha en bour et 50 T/Ha en irrigué.

    A l’échelle de la région, la province d’El Hajeb occupe la première place avec 61% de la superficie, suivie par la province de Fès puis Meknès, avec respectivement, 12% et 10% de la superficie. Plus globalement, au Maroc, l’oignon devient parmi les principales cultures maraîchères du pays et joue un rôle économique très important puisqu’il bénéficie d’une forte demande sur le marché national et s’intègre facilement dans une rotation céréalière.

    D’où les nouvelles formules d’une production scientifique prônée par l’OCP.  Pour les responsables du Groupe, le bon usage des macronutriments -à savoir le phosphore (P), l’azote (N) et le potassium (K)- repose sur une connaissance approfondie des besoins réels des sols et leur fertilité.

    Pour déterminer les vrais besoins des exploitations agricoles, OCP, en partenariat avec le ministère de l’Agriculture, de la Pêche Maritime, du Développement Rural et des Eaux et Forêts, a développé une «Carte de fertilité des sols». Celle-ci permet de déterminer le niveau de potassium, de phosphore et de matière organique, ainsi que d’autres caractéristiques des sols.

    Réalisée par le consortium scientifique composé de l’Institut National de la Recherche Agronomique (INRA), l’Institut Agronomique et Vétérinaire Hassan II et l’École Nationale d’Agriculture de Meknès, la carte de fertilité des sols a consisté en l’analyse de pas moins de 33.000 échantillons de sols. Ces données permettent aujourd’hui un meilleur ciblage en macronutriments N, P et K de 7,12 millions d’hectares.

    Le consortium scientifique, et à l’issue d’échanges avec les professionnels de fabrications des engrais au Maroc, a recommandé dans un premier temps, 11 formules régionales adaptées pour trois types de cultures: céréales, légumineuses et olivier. Le Groupe OCP contribue à la production de ces formules chez ses partenaires Fabricants-Distributeurs en les approvisionnant en produits sources de P et en produits potassiques et azotés au besoin.

    part_cultuer_oignon_031.jpg

    Selon la DRA, la région de Fès-Meknès couvre une part hautement considérable dans la production des rosacées (80% des cerises, 66% des prunes et 40% des amandes), de la figue (40%), de l’oignon (54%) et de l’olivier (34%)

    Les formules d’engrais NPK Blend permettent de répondre aux besoins spécifiques des sols et des cultures. Elles permettent d’offrir des mélanges adaptés d’azote, de phosphore et de potassium sur la base des besoins directement exprimés par les agriculteurs. Ces formules permettent des améliorations importantes des rendements des cultures. Elles assurent une agriculture prospère et durable.

    D’autre part, afin d’accompagner les fabricants-distributeurs d’engrais dans leurs efforts de développement de ce mode de production plus flexible, le groupe OCP a développé des Contrats-Package avec 16 opérateurs. L’objectif étant d’encourager l’usage du NPK Blend pour une fertilisation raisonnée.

    Concrètement, le Groupe OCP fournit les principaux intrants pour les NPK Blend sur le marché local. Ensuite, sur la base de la demande de l’agriculteur, les fabricants-distributeurs mettent en place le mélange le plus adapté aux besoins de la terre et de la culture.

    Grâce au soutien du Groupe OCP, les fabricants-distributeurs sont également amenés à proposer une véritable plus-value en termes d’accompagnement et de renforcement des capacités des agriculteurs. Un dispositif de proximité est mis en place par le Groupe OCP pour accompagner les agriculteurs tout au long du parcours technique pour une meilleure adoption des bonnes pratiques agricoles.

    Bon à savoir

    L’oignon est l'une de ces plantes condimentaires incontournables dans notre cuisine. Bisannuel, l'oignon forme des feuilles tubulaires cylindriques, renflées, au milieu desquelles une hampe florale creuse pouvant atteindre 1 m de haut se termine par une fleur blanche à verte de forme sphérique, en grosse ombelle. Ce que nous consommons de l’oignon c’est sa partie cachée : le bulbe, allongé, aplati ou rond selon les variétés qui se répartissent entre les oignons blancs qui font partie des primeurs récoltés avant maturation, au printemps, les oignons jaunes enveloppés de tuniques, couches de peau très épaisses permettant de passer l’hiver bien emmitouflés, et les oignons rouges, variété au goût le plus fin. Riche en vitamines A, B1, B2, B5, C, E, PP, l'oignon contient aussi des oligo-éléments intéressants tels que le brome, le baryum, le sélénium, le soufre, le zinc. Reconnu comma anti-infectieux, antiscorbutique, bactéricide depuis des siècles, l'oignon offre aussi des propriétés digestives, diurétiques et stimulantes. Il peut être consommé par les diabétiques puisqu'il diminue le taux de sucre dans le sang. Il est, en outre, bénéfique pour le foie et le pancréas.
    • Famille :Liliacées
    • Type :aromatique bisannuelle
    • Origine :Asie occidentale
    • Couleur: fleurs blanches à vertes
    • Semis :oui
    • Bouture: non
    • Plantation: février-mars
    • Récolte :avril à juin pour l’oignon blanc et juillet à septembre pour l’oignon rouge.

     

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc