Culture

Musiques sacrées: «Fès, à la confluence des cultures»

Par Youness SAAD ALAMI | Edition N°:5328 Le 03/08/2018 | Partager
Le festival célébrera un quart de siècle du 14 au 22 juin 2019
Une occasion pour promouvoir les cultures de la ville qui l’abrite
La Fondation Esprit de Fès défend son bilan 2018
musiques-sacree-028.jpg

La 25e édition du festival de Fès des Musiques sacrées du monde se tiendra du 14 au 22 juin 2019. Elle fêtera plus d’un quart de siècle du festival de Fès et abordera la thématique de «Fès, à la confluence des cultures». Son but est de promouvoir la ville de Fès, son âme et ses cultures (Ph. YSA)

La culture est un créneau qui pourrait créer une véritable dynamique économique. Ainsi, la capitale spirituelle table sur la renaissance de son passé culturel, artisanal et historique pour amorcer un décollage socioculturel et touristique. C’est ce qui ressort d’ailleurs des multiples initiatives de sauvegarde du patrimoine ancestral de la vieille médina.

En ce sens, le festival de Fès des Musiques sacrées du monde (FFMSM) se veut un événement fédérateur et porteur d’une approche culturelle basée sur les fondamentaux de la ville qui l’abrite. Particulièrement, son esprit d’ouverture, sa tolérance, son savoir-vivre et ses cultures arabo-musulmane et judaïque.  

Et c’est dans cette logique que la 25e édition de l’événement phare de la ville de Fès, qui se tiendra du 14 au 22 juin 2019, abordera la thématique de «Fès, à la confluence des cultures». «Cette édition, qui fêtera plus d’un quart de siècle du festival de Fès, s’inscrit dans la continuité.

Elle vise à promouvoir la ville, son âme et ses cultures», indique Abderrafih Zouitene, président de la Fondation Esprit de Fès, initiatrice de l’événement. C’était à l’issue du conseil d’administration (CA) de la Fondation Esprit de Fès réuni, en fin de semaine dernière, sous la présidence du wali de la région et en présence notamment des présidents des conseils régional, communal, et préfectoral.

Au cours de cette réunion, le CA s’est félicité de la réussite et du grand succès de la 24e édition dont la thématique était dédiée aux «Savoirs ancestraux». Les comptes de l’exercice 2017 ont été certifiés sans réserve et les résultats dégagés positifs. Rappelons à ce titre que le festival 2017 s’est terminé en beauté après neuf jours de concerts spirituels, de réflexions, de spectacles et de créations.

Parmi celles-ci, une création de clôture réunissant le gospel sud-africain et le soufisme marocain, où les « maîtres» Soweto Gospel Choir, parrainés par l’ancien archevêque Desmond Tutu, ont livré une spiritualité joyeuse et enlevée. Un grand moment d’émotion, un mariage entre deux cultures.

«A Bab Makina, au jardin Jnane Sbill, à Dar Adyel, Dar Tazi, et à la place Bab Boujloud, le public était au rendez-vous», souligne le responsable de la Fondation. Acteur majeur de la démocratisation de l’accès à la culture, le FFMSM a poursuivi son soutien à l’économie touristique régionale, en contribuant à booster les secteurs d’activité de l’hôtellerie, du transport ou encore de la restauration.

Les concerts gratuits ont drainé des milliers de jeunes de différents quartiers de la ville, dans un esprit d’ouverture, de tolérance et avec zéro incident. Ces spectacles ont été rehaussés par la participation d’artistes marocains et étrangers. Y figurent notamment Hajib, Cheb Younès, Kader Japonais, Fatemzahra Laaroussi, Zehair Bahaoui, etc.

Par ailleurs, le Forum de Fès, mettant à l’honneur le renouveau de la médina de Fès et ses savoirs ancestraux, a accueilli des personnalités de marque à l’image du grand philosophe Edgar Morin, Jean-Jacque Hublin, Abdelouhab Bennacer, Jacqueline Sanson et Maati Kabba. «Bref, cette 24e édition a tenu toutes ses promesses», estime le président du festival.

Un événement fédérateur

SOUS le haut patronage du Roi, le FFMSM et son Forum, créés respectivement en 1994 et 2001, s’inscrivent dans la tradition savante, artistique et spirituelle de la ville. Depuis son avènement, ce rendez-vous a connu un succès grandissant. Le festival fut désigné en 2001 par l’ONU comme l’un des événements marquants contribuant au dialogue des civilisations. Magnétique, l’évènement a rallié des artistes de notoriété internationale de tous les horizons, partageant la quête du sacré. Pour n’en citer que quelques-uns: Joan Baez, Patti Smith, Björk, Ben Harper, Paco de Lucia, Ravi Shankar, Sabah Fakhri, Kadhem Saher, Mounir Bachir, Asmaa Lamnawar, Wadi al Safi, Julia Boutros, Sheikh Yasin al Tuhami, William Christie, Barbara Hendricks, Jessie Norman, Jordi Savall et Montserrat Figueras, Tereza Berganza, Jean-Claude Casadesus, Archie Shepp, Randy Weston, Youssou N’Dour ou encore Salif Keita.

 

 

Retrouvez dans la même rubrique

  • SUIVEZ-NOUS:

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc