×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Insolites

    Un monde fou

    Par L'Economiste | Edition N°:5325 Le 31/07/2018 | Partager

    ■ Un gratte-ciel  avec cascade géante intégrée
    Un gratte-ciel du sud-ouest de la Chine, équipé sur une de ses faces de la chute d’eau artificielle «la plus haute du monde», rejoint la longue liste des constructions audacieuses ou étranges édifiées dans le pays asiatique. Le Liebian International Building est construit dans la ville de Guiyang. Sa cascade culmine à 108 mètres du sol mais a un problème de taille: cette fantaisie a un coût faramineux. La chute d’eau a été construite il y a deux ans. Mais elle n’a depuis été activée qu’à six reprises, car le pompage de l’eau jusqu’au sommet coûte 800 yuans (100 euros) de l’heure. Edifié par le groupe chinois Ludi Industry, le gratte-ciel est encore en cours de finition. Il devrait accueillir un centre commercial, des bureaux et un hôtel de luxe. La cascade utilise notamment les eaux de pluie et souterraines, qui sont canalisées dans d’énormes réservoirs placés dans le sous-sol du bâtiment. Le système vise à reproduire en zone urbaine la nature sauvage de la province, a expliqué le directeur du groupe Ludi, Cheng Xiaomao, au journal hongkongais South China Morning Post. Mais l’ouvrage est vite devenu la cible d’innombrables moqueries de la part des internautes. Ils s’en prennent notamment à l’immense gaspillage de ressources. 

    ■ Une femme blessée par des… dingos!
    Une quinquagénaire a été grièvement blessée par des dingos dans le désert australien, dans une attaque très rare de la part de ces chiens sauvages. Deb Rundle, employée d’une mine dans la région de Pilbara, dans l’Etat d’Australie-Occidentale, était en pause déjeuner la semaine dernière quand elle a été attaquée par trois dingos. «Il y avait du sang partout par terre. J’ai regardé mes blessures et je me suis dit Mon Dieu, est-ce que je vais mourir?», a raconté lundi soir à la chaîne Channel Seven la femme de 54 ans sur son lit d’hôpital. Mme Rundle, qui aura besoin de chirurgie reconstructive, a raconté qu’elle avait hurlé pendant 10 minutes avant que des collègues ne viennent à son secours. Lynne Craigie, présidente du comté d’East Pilbara, a dit qu’elle n’avait jamais vu une telle attaque dans ce secteur où elle vit depuis 20 ans. 
    «Il est évident que tout animal qui a faim peut être agressif, mais j’ai été étonnée d’apprendre que trois animaux avaient attaqué ainsi en meute», a-t-elle dit à la chaîne ABC. Les attaques de dingos sont très rares. En 2012, un Allemand avait été attaqué alors qu’il faisait du camping sur Fraser Island, dans l’Etat du Queensland (ouest). L’année précédente, une Sud-Coréenne et un enfant de trois ans avaient été mordus sur cette île touristique qui compte une importante population de dingos. Et en 2001, un enfant de neuf ans avait péri dans une attaque de dingo. Le dingo descend du loup et est arrivé en Australie il y a au moins 3.500 ans, selon des fossiles retrouvés. 
    Il est aujourd’hui menacé de disparition: quelque 90% des bêtes appelées dingos et qui vivent dans l’arrière-pays australien ou dans les zones rurales sont en fait issues de croisements avec les chiens, domestiques ou sauvages. 

     

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc