×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Régions

    Station de désalinisation de Zagora: Le compte à rebours lancé!-De notre correspondante permanente, Sabrina BELHOUARI

    Par Sabrina BELHOUARI | Edition N°:5323 Le 26/07/2018 | Partager
    Entrée en service en août pour renforcer l’alimentation en eau potable
    Les équipements déjà en place, reste le raccordement aux nouveaux forages
    zagora.jpg
    En période de sécheresse, il n’y a pas suffisamment d’eau pour répondre à toute la demande de la ville de Zagora et l’eau est coupée dans le réseau pour rationnaliser la consommation, ce qui oblige les habitants à composer avec cette situation (Ph. SB)

    Plus de crise de l’eau potable à Zagora avec le démarrage de la nouvelle station de désalinisation! C’est la promesse qui avait été faite aux Zagoris en octobre 2017 suite à la crise sociale sans précédent survenue dans cette ville de la région du Draa Tafilalet. Prévue pour août 2018, l’exploitation de la station, dont le coût avoisine les 70 millions de DH, devrait renforcer l’alimentation en eau potable de la ville de Zagora. Une solution qui va surtout permettre d’améliorer la qualité de l’eau à travers la déminéralisation des eaux salines de Ennebch, une des deux nappes phréatiques qui alimentent la ville. «Les travaux de forage des 4 puits qui ont été lancés au début de cette année au niveau des nappes de El Faija et Ennebch sont bien avancés. Il reste un peu plus d’un kilomètre de travaux pour raccorder les nouveaux forages au réseau de l’ONEP et les premiers essais de la station devraient commencer ce début du mois d’août», assure Lahcen Ouaara, président du conseil communal de Zagora. Cette station devait être livrée en 2016 mais a été retardée à cause d’un conflit au sein de l’entreprise tuniso-suisse, alors adjucitaire du projet. Le projet a fini par être passé à une autre entreprise marocaine qui a repris les travaux en été 2017. Les travaux sont rigoureusement suivis par les services de la wilaya de Zagora et l’Agence du Bassin Hydraulique de Souss Massa et chaque mois, une rencontre est organisée avec la société civile et les élus pour exposer l’état d’avancement des travaux. Une manière de rassurer la population qui se souvient encore de la crise de l’eau l’été de 2017. Pour rappel, une vingtaine d’habitants avaient été arrêtés suite aux manifestations survenues lors de l’été de 2017 pour protester contre la pénurie d’eau dans les lotissements en périphérie de la ville de Zagora. La situation de pénurie d’eau potable dans la ville de Zagora est omniprésente dans la province et atteint ses pics chaque été, et ce depuis plusieurs années. En période de sécheresse, il n’y a pas suffisamment d’eau pour répondre à toute la demande de la ville de Zagora. Dans le périmètre urbain raccordé au réseau de l’Office National de l’Eau et de l’électricité géré par son département eau (ONEP), l’Office coupe l’eau dans le réseau pour rationnaliser la consommation. Ainsi, en été principalement, l’eau est disponible pendant la journée mais les vannes sont fermées pendant la nuit. Les clients doivent composer avec ce rythme et sont obligés de disposer de réservoirs pour emmagasiner l’eau. Cet été, la situation s’est toutefois améliorée par rapport à l’été dernier où la coupure d’eau durait le jour comme la nuit. L’eau n’était lâchée que durant une heure afin d’alimenter les habitations raccordées au réseau. Avec une pression de l’eau insuffisante, l’eau arrivait peu ou pas dans certains quartiers loin du centre de la ville. La réalisation de cette station de désalinisation, règle donc le problème de pénurie d’eau, en attendant la solution ultime pour la ville qui sera le raccordement au futur barrage d’Agdz, dont les travaux ont débuté en 2016 et devraient s’achever entre 2020 et 2021. Le barrage d’Agdez dont la capacité prévue est de 316 Mm3, sera le troisième ouvrage des 3 barrages, avec le barrage de Tiwine (300 Mm3) et le barrage Al Mansour Ed Dehbi (428 Mm3) qui constitueront un complexe hydrique devant porter la capacité de stockage d’eau totale au niveau du bassin du moyen Draa à 1 milliard de m3. De quoi assurer l’autonomie en eau pour toute cette zone et permettre de fournir l’eau à toutes les villes en aval du oued Draa et en particulier Zagora.

    Des mesures pour atténuer la pénurie d’eau

    Lors de la visite de Charafat Afilal, la Secrétaire d’Etat Chargée de l’Eau à Zagora en octobre 2017, plusieurs mesures avaient été prises afin de remédier à la situation de pénurie d’eau. Il s’agit de deux forages d’exploration au niveau des nappes phréatiques Ennebch et Faija d’un débit de 50 litres par seconde mobilisant une enveloppe budgétaire de 12 millions de DH. A cela s’ajoute la réalisation des travaux d’entretien et de maintenance du réseau de distribution de l’eau de la ville, qui ne remédient pas à la pénurie d’eau mais qui sont destinés plutôt à améliorer le rendement du réseau. Ces travaux, toujours en cours, mobilisent une enveloppe budgétaire de 13,5 millions de DH et devraient être achevés avant la fin de 2018. 

     

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc