×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Courrier des Lecteurs

    Courrier des Lecteurs

    Par L'Economiste | Edition N°:5318 Le 19/07/2018 | Partager
    effondrement.jpg
     

    Effondrement d’immeubles: La catastrophe de trop!

    La catastrophe a été évitée de près le 11 juillet dernier à Casablanca. L’effondrement d’une partie d’un immeuble au centre ville de la capitale économique n’a pas fait de victimes mais a suscité un réel mouvement de panique auprès des habitants des lieux. Les réactions de nos lecteurs à chaud… (cf. notre édition du 11/07/2018)

    Un numéro fonctionnel pour signaler les anomalies
    Encore un effondrement d’immeuble à Casablanca et ça ne sera probablement pas le dernier. Ce type d’incident grave survient parce qu’aucun responsable ne prend la peine de lever le petit doigt pour vérifier la solidité des anciennes bâtisses de la ville. Pour faciliter la démarche, je suggère de lancer un numéro d’urgence afin de signaler ces anomalies. Cela pourrait sauver la vie à des dizaines d’habitants mais également  leur éviter de perdre leurs biens.
    Karim

    Casablanca: Un patrimoine qui part en fumée
    Le centre de Casablanca est en train de tomber en ruine et personne ne semble concerné. Que font donc les élus et les autorités locales? Qu’attendent les habitants de la métropole pour agir et

    rik_courrier.jpg
     

    provoquer un changement dans ce sens? L’immeuble qui s’est écroulé sur la place Lyautey témoigne une fois de plus de l’abandon pur et dur dont fait preuve notre patrimoine architectural! Il est anormal de laisser mourir l’histoire de cette ville… Il faut donc rapidement agir pour changer la donne!
    A.A.


    Divertissement: Enfin un delphinarium au Maroc!

    dauphin_agadir.jpg
     

    Le Maroc possède désormais son propre delphinarium. La structure en question, baptisée «Agadir dolphin world», vient de voir le jour à Agadir. Un divertissement inédit mais qui au départ n’a pas reçu un bon accueil… (cf. notre édition du 07/07/2018)

    Une véritable prison pour cétacés
    Alors que partout dans le monde, l’on s’indigne de ce genre de prison pour les cétacés administrant des traitements horribles pour ces mammifères marins, le Maroc ouvre son propre delphinarium. Terrible nouvelle pour les dauphins!
    Blanc 
    Ce n’est pas trop tôt!

    Ce n’est pas trop tôt ! Agadir mérite bien un Delphinarium et pourquoi pas également un aquarium. Félicitations à ceux ayant pu donner naissance à ce projet ! Très bon spectacle à vous. Il faut  que tout le monde puisse en profiter, grâce à des prix attrayants!
    Medrimo


    Et d’autres réactions…: 

    plage.jpg
     

    Parasols sur les plages: Illégal toi-même!
    Je suis choqué de l’abus du terme «illégal», que l’on trouve partout, sans logique ni raison. Des jeunes louent des parasols sur la plage? Et alors? Tant qu’ils ne créent pas du désordre et des nuisances, moi je leur dis: «Bravo les jeunes! Vous avez la fibre des entrepreneurs!» ou encore «Vous avez trouvé le moyen de rendre service à vos clients et vous en avez tiré un peu d’argent? Bravo encore». Mais non, au lieu d’avoir une vision d’avenir embrassant le développement, que lit-on dans votre journal (voir celui du mercredi 11 juillet en dernière page)? On lit que c’est une activité illégale! Cela veut-il dire que les agents de police peuvent les arrêter? Les envoyer en prison? Un juge va leur coller une amende? Peut-être ces jeunes iront-ils en prison car ils ne pourront pas payer cette amende? Mais quoi? Personne ne se souvient d’un certain Bouazzizi, en Tunisie? Les jeunes qui ont de l’initiative, il faut les aider à s’organiser, mais pas les réprimer. Encore moins les déclasser en les traitant d’illégaux.
    El H. Z. militant associatif et élu local
    Banques participatives: Un bilan positif

    Les banques participatives représentent une réelle révolution. Bon nombre de Marocains trouvent que ce modèle d’établissement financier est en totale conformité avec leurs croyances religieuses. Ce qui stimule la croissance économique, même si l’octroi de ce type de financement demeure encore trop fragile…
    Abbous

    tweet.jpg
     

    Tanger: De nouvelles trémies bienvenues 

    fb.jpg
     

    C’est un véritable exploit!  Les nouvelles trémies de Tanger ont permis de conduire au sein de la ville d’une manière très fluide et évitent aux conducteurs le surplus de stress dû aux bouchons. J’espère que les autres villes du pays touchées par ce même problème de circulation sauront en tirer profit.
    Témoignage d’un citoyen tangérois

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc