Analyse

Guelmim-Oued Noun fait le pari de l'agriculture solidaire

Par Sabrina BELHOUARI | Edition N°:5317 Le 18/07/2018 | Partager
Le Plan Maroc Vert mise aussi sur l’organisation professionnelle des agriculteurs
Cactus et produits du terroir: focus sur les filières à haut potentiel

Créer de la richesse dans un secteur peu avantagé par la nature et la géographie est un défi que la région Guelmim-Oued Noun s’est attelée à porter durant la dernière décennie. La persévérance et les efforts combinés de plusieurs acteurs ont porté leurs fruits et promettent un avenir rassurant pour cette partie du Maroc. En effet, malgré les conditions climatiques difficiles et les faibles ressources naturelles, la région a pu mener à bien son développement agricole avec le démarrage du Plan Maroc Vert en 2008. En misant sur les atouts locaux et les richesses spécifiques de la région, des avancées importantes ont été réalisées, en particulier pour les filières cactus et les produits du terroir. Avec une surface agricole utile estimée à 68.748 ha, dont 12% seulement irrigués, et avec 11.346 exploitations agricoles, pour la plupart de petites superficies, le challenge était de taille. «Compte tenu des spécificités de la région, les actions du Plan Maroc Vert se sont concentrées essentielement sur des actions du pilier II, visant essentiellement l’agriculture solidaire, l’organisation professionnelle des filières et l’emploi dans le secteur agricole», assure Mohamed Darfaoui, directeur régional d’agriculture dans la région Guelmim-Oued Noun. Ce sont donc 22 projets du pilier II qui ont été lancés au niveau de la région depuis le démarrage du PMV, totalisant un investissement global d'environ 845 millions de DH, ayant bénéficié à une superficie totale de 83.325 ha et 18.462 bénéficiaires. Ceci représente, par rapport au Plan agricol régional, 73% des projets à lancer, 88% d'investissement et 56% des bénéficiaires ciblés.

secteur_maraicher.jpg
 

De l'eau pour le secteur maraîcher

DANS le cadre du Programme national d’économie d’eau et d’irrigation, et du pilier I du PMV, la superficie des exploitations équipées en système d’irrigation au niveau de la région Guelmim-Oued Noun a connu une évolution de 90% par rapport à la valeur de base. Le taux de réalisation atteint 95% par rapport à l’objectif 2020. Et c’est la filière maraîchage qui a principalement profité de cette opération et a permis de passer du système d’irrigation gravitaire vers celui du goutte-àgoutte. Une opération qui a permis d’augmenter la production d’une part et minimiser les pertes en eau, très rare dans la région. Actuellement, 2.000 ha de superficie agricole sont dédiés au maraîchage, situés dans la banlieue de la ville de Guelmim, en plein champ et sous serre, et équipés à 70% en système de goutte-à-goutte.

cactus_agriculture_solidaire.jpg
Au total, 22 projets du Pilier II ont été lancés sur la période 2008-2016, totalisant un investissement global d'environ 845 millions de DH. La filière cactus vient en tête des investissement avec 301 millions de DH et profitant à 7.456 bénéficiaires

La filière cactus, à très haute valeur ajoutée, a concentré 301 millions de DH en investissement et a profité à 7.456 bénéficiaires. Elle a connu la réalisation de 4 projets d’unités de valorisation et la plantation de 4.820 ha de cactus à fin 2016, indique le ministère de tutelle. Les produits du terroir ont, quant à eux, mobilisé 7 millions de DH avec la réalisation d’un projet qui a bénéficié à 35 personnes. Il faut noter que cinq produits du terroir phares sont produits dans la région: le miel, le cactus, les câpres, les dattes et le couscous.

arboriculture.jpg
Les conditions climatiques de 2015/16 ont négativement impacté la production céréalière de la région. Toutefois, en dehors de cette baisse, les deux filières de l’arboriculture fruitière et de maraîchage de saison ont inscrit des hausses significatives, pour cette même saison

Pour ce secteur, la région compte aujourd’hui 4 GIE, 15 coopératives, une association et un cluster constitué dans le cadre du Programme Oasis du Sud porté par le Pnud au Maroc La filière animale a connu également un ensemble de réalisations, avec l’accent mis sur la filière cameline qui a mobilisé à elle seule 228 millions de DH. Pour la filière lait et la filière viandes rouges, l’investissement a été respectivement de 10 et 31 millions de DH incluant un projet d’unité de conditionnement de lait et 3 projets pour les viandes rouges.

 

  • SUIVEZ-NOUS:

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc