Entreprises

Certification électronique: Les géomètres topographes outillés

Par Nadia DREF | Edition N°:5314 Le 13/07/2018 | Partager
Signature d’une convention entre Barid Al-Maghrib et la profession
Accès au Cadastre, à la soumission électronique aux appels d’offres...
A la clé: réduction de 60% des coûts de transport
topographes.jpg

A travers ce processus de digitalisation, l’Ordre veut poursuivre le développement des valeurs de qualité et de performance auprès de la profession afin de mieux répondre aux attentes des donneurs d’ordre.

La dématérialisation des données fait son petit bonhomme de chemin. Outre la signature électronique, l’e-certification gagne du terrain. En atteste le dernier accord conclu entre Barid Al-Maghrib et l’Ordre national des ingénieurs géomètres topographes (ONIGT) via le prestataire de service Barid e-Sign. 
Ce partenariat dont l’effet est immédiat englobe un accès au Cadastre, à la Conservation foncière et à la soumission électronique aux appels d’offres. Egalement dans le pipe, l’extension de ce service, au profit de la profession, à la CNSS et à la Direction générale des Impôts. Une aubaine pour les ingénieurs géomètres topographes car la dématérialisation apporte des avantages indéniables en termes de réduction de coûts administratifs, de gains de temps, ainsi que dans l’amélioration des processus métier. «A travers la certification électronique, l’ingénieur géomètre topographe privé pourra améliorer et sécuriser davantage ses prestations et ses services», déclare Khalid Yousfi, président de l’ONIGT. Et d’ajouter: «En plus de la transparence, ce service permettra la réduction de 60% des coûts de transport. Il contribuera aussi à lutter contre l’exercice illégal de la profession».

Cet accord rentre dans le cadre de la politique de transformation digitale menée par l’Ordre. Objectif: mieux servir les citoyens, les investisseurs et les promoteurs à travers la facilité d’accès aux services du secteur privé. Afin de garantir la réussite de ce partenariat, les deux partenaires ont convenu de la mise en place d’actions de communication et de sensibilisation au profit des membres de l’Ordre pour profiter des services de certification électronique.
«Notre groupe mène depuis plusieurs années une démarche stratégique dans le domaine des échanges dématérialisés», tient à préciser Amin Benjelloun Touimi, directeur général de Barid Al-Maghrib. En 2011, Poste Maroc a obtenu l’agrément de l’Etat en tant que premier opérateur de certification électronique pour les échanges dématérialisés. «Depuis cette date, Barid Al-Maghrib a délivré des certificats électroniques à plusieurs donneurs d’ordre opérant dans des domaines diversifiés tels que les télé-déclarations administratives, les télé-procédures, les applications de banque en ligne et la soumission électronique aux appels d’offres», fait valoir Amin Benjelloun Touimi. 

Notons que les certificats Barid e-Sign offrent aux administrations, professionnels, entreprises et citoyens l’opportunité de donner une valeur probante à leurs échanges électroniques, et ce, conformément à la loi 53-05 relative aux échanges électroniques de données juridiques. Cette loi fixe le régime applicable aux données juridiques échangées par voie électronique (cryptographie) et à la signature électronique. Elle détermine également le cadre juridique applicable aux opérations effectuées par les prestataires de service de certification électronique, ainsi que les règles à respecter par ces derniers et les titulaires des certificats électroniques délivrés.

Lentement mais sûrement

Pour enraciner la dématérialisation des données, un long chemin reste à parcourir. Actuellement, de nombreux organismes, entreprises ou particuliers travaillent sur des documents électroniques, les échangent, les stockent. Lorsqu’il s’agit de documents contractuels (contrats, factures, avenants..) ou sensibles, ces données sont imprimées sur papier signé pour être envoyées par courrier. 
Barid Al-Maghrib affirme que «la dématérialisation est en marche et que de grands projets de dématérialisation des échanges sont en chantier». Ceux-ci concernent l’administration électronique (gestion des documents et démarches administratives par le moyen des échanges électroniques signés),  le commerce et la banque en ligne. A ce jour, plusieurs procédures dématérialisées font déjà partie du quotidien des entreprises et des administrations. Il s’agit des applications de banque en ligne, des échanges inter-administrations, des appels d’offres dématérialisés (appels à candidatures et réponses) ou encore du travail collaboratif inter-entreprises. Le certificat électronique apporte le socle nécessaire au déploiement de ces projets à travers ses fonctions d’authentification et/ou de signature. Signalons aussi que la dématérialisation des échanges touche désormais tout type d’organisation quelle que soit sa taille ou sa nature.

  • SUIVEZ-NOUS:

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc