×
  • L'Editorial
  • régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Le prix de L’Economiste pour la recherche en économie, gestion et droit
    Brèves internationales

    Brèves Internationales

    Par L'Economiste | Edition N°:5296 Le 19/06/2018 | Partager

    ■ France: L’immigration à nouveau au Parlement
    En France, le projet de loi «pour une immigration maîtrisée, un droit d’asile effectif et une intégration réussie» doit être débattu par les sénateurs à partir de mardi 19 juin 2018. La commission des lois du Sénat a retoqué plusieurs mesures du texte voté par l’Assemblée nationale, en particulier le placement en rétention des mineurs isolés et l’assouplissement du délit de solidarité. Les oppositions d’extrême droite, mais également de droite et de gauche, avaient toutes voté contre.
    Le projet de loi vise à réduire à six mois, contre onze aujourd’hui, l’instruction de la demande d’asile, afin d’accélérer l’intégration. Parallèlement, il vise à faciliter l’expulsion des déboutés. Le texte doit faire l’objet d’un vote solennel de 26 juin. Il sera ensuite examiné par une commission mixte paritaire chargée de trouver une version commune aux deux chambres, puis renvoyé devant l’Assemblée, qui a le dernier mot en cas de désaccord. La France a enregistré un peu plus de 100.000 demandes d’asile en 2017 et a accordé l’asile à 36% des demandeurs.

    ■ Brexit: Une semaine cruciale pour Theresa May
    Les Lords britanniques se penchent depuis lundi 18 juin sur un amendement au projet de loi sur le Brexit avant le retour du texte mercredi devant les députés. Ce sera une semaine difficile pour Theresa May, contrainte de jouer les équilibristes entre pro et anti-Brexit au sein même de son parti conservateur. La sortie de l’UE est prévue en mars prochain et le gouvernement britannique doit d’ici là boucler de délicates négociations avec l’Union européenne sur ses conditions, avec un Parlement qui veut avoir son mot à dire sur l’accord final.

    ■ La banque postale: Une banque mobile dès 2019
    Le secteur des services financiers mobiles a le vent en poupe. Et le marché français n’est pas en reste. Après Soon de la banque Axa et Orange Bank, c’est au tour de La Poste de surfer sur la vague de la digitalisation. Récemment le groupe français a annoncé le lancement en 2019 de sa banque mobile baptisée «Ma French Bank». Via sa filiale, la Banque Postale entend s’adapter aux besoins des jeunes. Elle projette de mettre en place, par le biais de «Ma French Bank», un service destiné aux 18-35 ans. Cette filiale digitalisée fonctionnera comme une banque à part entière, ayant la capacité de proposer des crédits à ses clients, mais aussi des solutions de financement et des moyens de paiement sur mesure. La filiale bénéficie d’un agrément délivré par la Banque centrale européenne (BCE). Pour bénéficier de son catalogue de services, le client peut ouvrir un compte soit directement par le biais de son mobile, soit dans un bureau de poste, et ce sans limites de ressources.

    ■ 10 milliards d’euros pour Valeo et Siemens

    banque_postale_096.jpg

    La coentreprise franco-allemande Valeo-Siemens eAutomotive a annoncé avoir engrangé 10 milliards d’euros de contrat en 2 ans. Fruit d’un accord entre les 2 géants européens Valeo et Siemens, ce producteur de moteurs équipait déjà des véhicules hybrides. Il se lance désormais dans le secteur de la haute tension, pour produire des composants 100% électriques. Objectif: atteindre le milliard de chiffre d’affaires en 2020 puis les 2 milliards deux ans plus tard. Pour y arriver, la coentreprise peut notamment compter sur les marchés européen et chinois, qui multiplient les incitations pour le passage au véhicule électrique. A terme, la production devrait passer de 65.000 moteurs à 1,5 million d’unités dans 4 ans.

    ■ Des Airbus A380 en pièces détachées

    a380_096.jpg

    Faute d’acquéreurs, les premiers exemplaires des Airbus A380 devraient finir par être vendus en pièces détachées. Sorti en 2007, cet appareil, le plus gros jamais conçu pour l’aviation civile, a connu de nombreuses évolutions. Moins lourds et plus économes en kérosène, les récents exemplaires du A380 rendent les anciens presque obsolètes. Mais pas d’inquiétude pour Airbus. Avec un marché des pièces détachées en pleine expansion, le constructeur français estime chaque appareil à 80 millions d’euros, soit un rendement global d’environ 150%!

    France: L’éternel débat sur l’homéopathie

    medicaments_096.jpg

    Deux siècles après sa création, l’homéopathie continue de diviser. Après la tribune, en mars, des 124 médecins à son encontre, la ministre française de la Santé, Agnès Buzyn, a évoqué un potentiel déremboursement des médicaments homéopathiques. Une situation que fustigent les partisans de la pratique, qui multiplient les interventions télévisées sur le sujet. S’ils évoquent l’efficacité observée des pilules prescrites, leurs détracteurs rétorquent le manque de fondement scientifique et leur potentielle dangerosité. Le projet de réforme du système de santé français à la rentrée devrait établir la position officielle du gouvernement.

    ■ Les prix du pétrole divergent
    Les prix du pétrole divergeaient, lundi 18 juin, en cours d’échange européens. Si le WTI américain subissait les menaces de sanctions chinoises, le Brent européen évoluait dans un contexte de négociations de l’Opep (il était à l’assaut des 74 dollars hier dans la matinée). L’Organisation des pays exportateurs de pétrole (Opep) se réunira vendredi 22 juin avant une réunion avec ses partenaires, dont la Russie, samedi. L’avenir de l’accord de limitation de la production reste la principale cause d’inquiétude des marchés.

    ■ Le FMI au secours de l’Argentine
    Suite à la crise économique et monétaire que subit l’Argentine, le président argentin Mauricio Macri a limogé deux ministres détenant des portefeuilles économiques. Le limogeage du ministre de l’Energie Juan Jose Aranguren et de celui de la Production Francisco Cabrera intervient après le remplacement du gouverneur de la Banque centrale, dont le poste a été attribué au ministre des Finances Luis Caputo. A la suite d’une grosse crise monétaire en avril et mai, le FMI a annoncé ce mois-ci un prêt de 50 milliards de dollars pour aider la troisième économie latino-américaine. Mais la pression sur le peso continue. Depuis le début de l’année, le peso a perdu plus de 30% face au dollar, alors que le pays connaît plus de 20% d’inflation.

     

     

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc