×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Brèves internationales

    Brèves Internationales

    Par L'Economiste | Edition N°:5295 Le 18/06/2018 | Partager

    ■ Politique migratoire: Bruxelles fixe le cadre financier
    Au centre de vives tensions sur la politique migratoire de l'Europe, les 630 migrants secourus par l'Aquarius, sont arrivés hier dimanche au port espagnol de Valence. Pour le prochain cadre financier pluriannuel de l'Union (2021-2027), l'exécutif européen veut affecter 34,9 milliards d'euros pour faire face aux défis qui se posent en matière de migration et de sécurité, contre 13 milliards lors de l'exercice précédent (2014-2020). Plus de 60% des fonds (21,3 milliards d'euros) seront affectés à la gestion globale des frontières. Il s'agit notamment de renforcer l'Agence européenne de garde-frontières et de garde-côtes (connue sous le nom de Frontex), dont le personnel passera de 1.000 à 10.000 garde-frontières. En outre, sera créé un nouveau Fonds pour la gestion intégrée des frontières (FGIF), doté d'une enveloppe de 9,3 milliards d'euros. Dans le même temps, les fonds alloués à la gestion de migrations doivent être augmentés en gros de moitié pour atteindre 10,4 milliards d'euros. La question migratoire sera au centre du prochain conseil européen des 28 et 29 juin.

    ■ Turquie: Dure campagne électorale
    A une semaine d'élections déterminantes pour l'avenir de leur pays, les Turcs ont les yeux rivés sur le duel entre le président Recep Tayyip Erdogan et son principal opposant, Muharrem Ince. Depuis plusieurs semaines, ces deux hommes se répondent par meetings interposés, faisant monter la tension avant le double scrutin présidentiel et législatif anticipé du 24 juin. La Turquie a enregistré une croissance de 7,4% au premier trimestre 2018 en glissement annuel, selon les chiffres de l'Office national des statistiques (Tüik). Un résultat légèrement au-dessus des prévisions des marchés, qui restent toutefois prudents. En effet, la situation économique reste marquée par une inflation à deux chiffres et une érosion de la livre turque, en dépit d'une croissance forte.

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc