Régions

Tanger: La Marina et le port de pêche entrent en service

Par Ali ABJIOU | Edition N°:5291 Le 11/06/2018 | Partager
La partie maritime de la reconversion du port Tanger-ville inaugurée par le Roi
2,2 milliards de DH d’investissements pour les deux ports
Un centre d’addictologie mis en service dans la foulée de la visite royale
tanger-marina-091.jpg

La Marina, longtemps attendue, est enfin opérationnelle. Elle comptera 1400 anneaux à terme (Ph. Adam)

Un des derniers maillons du programme de reconversion de la zone portuaire de Tanger-ville vient d’entrer en service. Il s’agit des ports de pêche et de plaisance, inaugurés jeudi par le Souverain. Ils forment la partie maritime de la reconversion du périmètre portuaire du port de Tanger-ville, un projet de plus de 6 milliards de DH.

Le premier est le port de plaisance. Baptisé Tanja Marina Bay, il est le fruit d’un investissement de 635 millions de DH avec des infrastructures de haut niveau pour l’accueil des plaisanciers. Il dispose de 800 anneaux auxquels se joindront 600 autres lors d’une 2e tranche, ce qui en fait le plus grand du royaume.

Cette marina est aussi dotée d’espaces de restauration et d’animation et d’un parking couvert d’une capacité de 435 places, d’un club nautique en plus d’autres équipements et services dédiés aux plaisanciers. Le port de pêche de la ville de Tanger, mitoyen à celui de plaisance, est, lui aussi, désormais opérationnel.

Ce complexe a nécessité un investissement de plus de 1,19 milliard de DH pour permettre aux professionnels de la pêche de la ville de disposer d’installations modernes. Il comprend 1.167 m linéaires d’ouvrages de protection et 2.537 mètres linéaires de quais d’accostage et d’appontement en plus d’un bassin de 11 ha et de 12 ha de terre-pleins.

Une plateforme qui abrite tous les équipements nécessaires au bon fonctionnement du port, notamment des fabriques de glace, des entrepôts frigorifiques, des magasins pour les armateurs et mareyeurs, des locaux pour les professionnels de la pêche artisanale, de la pêche côtière et de la pêche hauturière, une halle pour les produits de la pêche artisanale, un chantier naval, des ateliers de réparation navale, etc.

La pièce maîtresse du port est la halle aux poissons de la pêche côtière et hauturière. Située au cœur du port, cette halle, construite sur un terrain de près de 5.000 m2, compte un espace d’exposition et de vente réfrigéré, des sas de réception et d’expédition ainsi que des chambres froides et un bureau vétérinaire.

La mise en place de ce port devenait une nécessité, vu l’étroitesse de l’ancien. Il devenait aussi nécessaire de déplacer les pêcheurs pour terminer les travaux du port de plaisance. Ces deux projets rentrent dans le cadre du projet ambitieux de reconversion de l’enceinte portuaire de Tanger-Ville. Il comprend, en plus, le réaménagement de la gare maritime du port de Tanger-ville.

Celle-ci est reliée au port espagnol de Tarifa, actuellement en réaménagement pour la moderniser et la mettre au même diapason que le reste du projet. Elle devra par ailleurs continuer à connecter Tanger à la ville de Tarifa et drainer une bonne partie des visiteurs de la capitale du Détroit. S’y ajoute le site de l’ancienne gare ferroviaire en restauration et de la muraille dont les travaux sont bien avancés.

Est prévu un téléphérique qui devra connecter la ville au port, un exemple de transport non polluant, le premier du genre en Afrique. L’investissement global dans le cadre du projet de reconversion de la zone portuaire de Tanger-ville s’élève à 6,2 milliards de DH, dont 2,2 milliards de DH pour les composantes portuaires et 4 milliards pour les composantes urbaines. Cette dernière partie est à la charge d’Eagle Hills. Les travaux pour la partie résidentielle devront démarrer bientôt, dès la fin de la phase d’étude.

Un 2e centre d’addictologie

La ville de Tanger renforce ses structures en matière d’addictologie. Le Roi Mohammed VI a inauguré lors de sa visite à Tanger un deuxième centre du genre, à Hay Jdid. L’établissement est le fruit de l’action de la fondation Mohammed V pour la solidarité. Avec un investissement de 5 millions de DH, il travaille en tant qu’outil privilégié de soins, mais aussi de sensibilisation et de prévention. Cette nouvelle structure, réalisée sur un terrain de 1.000 m2, abrite aussi un pôle médical composé de salles de soins, de consultations en médecine générale, addictologie, psychiatrie/psychologie, d’un espace pour la psychothérapie de groupe, de salles pour usagers de la méthadone, d’une infirmerie et d’une pharmacie.

De notre correspondant permanent, Ali ABJIOU

  • SUIVEZ-NOUS:

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc