Brèves internationales

Brèves Internationales

Par L'Economiste | Edition N°:5277 Le 22/05/2018 | Partager

• A quoi sert le Fonds européen d'ajustement à la mondialisation
La libéralisation des échanges avec le reste du monde a des effets globalement positifs sur la croissance et l'emploi. Mais elle peut aussi provoquer des réductions d'effectifs, en particulier dans des secteurs vulnérables et parmi les travailleurs peu qualifiés. Le Fonds européen d'ajustement à la mondialisation (FEM) a été mis en place pour aider ces groupes à s'adapter aux conséquences de la mondialisation. Depuis sa création en 2007, 157 demandes d'intervention ont été présentées (source: Commission européenne). Environ 630 millions d'euros d'aide ont été demandés pour soutenir plus de 148.000 travailleurs et 3.369 jeunes sans emploi et ne suivant ni études ni formation (NEET). Le Fonds a été maintenu pour la période 2014-2020 en tant qu'expression de la solidarité de l'UE, et son mode de fonctionnement a été perfectionné. Son champ d'application englobe désormais, outre les travailleurs licenciés en raison de la crise économique, les travailleurs à durée déterminée, les travailleurs indépendants et, par voie de dérogation jusqu'à fin 2017, les jeunes sans emploi et ne suivant ni études ni formation qui résident dans une région pouvant bénéficier de l'initiative pour l'emploi des jeunes (IEJ). Et ce, jusqu'à concurrence du nombre de travailleurs licenciés en faveur desquels le Fonds intervient.

• Associés, ficeler les contrats
Lors de la création ou de la reprise d’une société, les associés apportent leur participation au capital. Des conflits d’intérêts peuvent apparaître. D’où la nécessité de bien formaliser les accords entre les différentes parties (/www.statutentreprise.com). Les associés doivent se convenir «à travers les statuts et les diverses conventions ou clauses supplémentaires, de la question du contrôle du capital, de la direction de la société, de la concurrence, des clauses financières incluant les apports, les dividendes ainsi que les prix fixés pour les actions…». Un désaccord intervenant entre les associés et entraînant l’arrêt de l’activité de l’entreprise se règlera devant les tribunaux ou devant un organisme médiateur. Prévoir les clauses de sortie permet aux associés d’être prêts à tout changement de situation (voir aussi «S'associer: anticiper la séparation malgré l'entente cordiale» dans les Echos France du 15 mai 2018). Il est question aussi de ficeler les contrats commerciaux après le Brexit. Certaines clauses seront à revoir pour éviter les blocages juridiques notamment entre entreprises (cf. notre édition N° 4818 du 21/07/2016).

• Rencontre Macron-Poutine
Le président français Emmanuel Macron rencontrera Vladimir Poutine en tête-à-tête le 24 mai dans un palais proche de Saint-Pétersbourg au premier jour de sa visite en Russie. Un an après leur première rencontre, au château de Versailles, Macron et Poutine devront discuter de plusieurs dossiers dont ceux du conflit syrien ou du nucléaire iranien après la décision du président américain Donald Trump de sortir de l’accord de 2015. Les deux dirigeants participeront le lendemain au forum économique de Saint-Pétersbourg, auquel Emmanuel Macron est l’invité d’honneur avec le Premier ministre japonais Shinzo Abe.

• Irak/législatives: Victoire de Moqtada Sadr
Moqtada Sadr, vainqueur des législatives en Irak, a plaidé pour un gouvernement «inclusif» en rencontrant les dirigeants des principales forces du futur Parlement, dont certains qu’il avait écarté aussitôt après l’annonce des résultats. Après avoir élu le Parlement, l’Irak attend désormais de connaître la coalition qui gouvernera le pays. Les tractations s’annoncent longues pour former cette coalition qui doit rassembler au moins 166 députés. L’Iran et les Etats-Unis se sont déjà impliqués dans ce processus, cherchant à écarter Moqtada Sadr qui s’est présenté à ce scrutin dans une alliance inédite avec les communistes.

 

  • SUIVEZ-NOUS:

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc