×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Insolites

    Un Monde Fou

    Par L'Economiste | Edition N°:5240 Le 29/03/2018 | Partager

    ■ Des alertes à la bombe pour fuir les examens!
    Sarajevo est en proie à une épidémie d'alertes à la bombe dans ses écoles: la police est convaincue d'avoir affaire à une méthode adoptée par les élèves bosniens pour éviter examens et contrôles scolaires. Tous ces appels avaient un point commun: ils survenaient avant le début des cours, alors que des contrôles étaient prévus. En deux semaines, une vingtaine d'alertes infondées de ce type ont mobilisé les autorités: évacuation des écoles et des universités, fouille des bâtiments avec des chiens dressés à la recherche d'explosifs. Du jamais vu, selon la porte parole de la police de la capitale, Suvada Kuldija. «Toutes étaient infondées, mais nous ne pouvons en ignorer aucune, car il s'agit de la sécurité des enfants», explique-t-elle à l'AFP. Selon elle, le mobile privilégié, «c'est d'éviter un examen»: «Hier, par exemple, c'était un contrôle d'anatomie au lycée médical». «On ne veut pas que nos enfants fuient tous les jours dans la panique leur classe, qu'ils ratent des cours et qu'ils attendent dehors dans le froid la reprise des cours», s'est inquiétée une association de parents. Des policiers iront dans les prochains jours dans les classes pour expliquer aux élèves les dangers et les coûts de ces alertes.

    ■ Des champions mondiaux du cricket trafiquent les balles pour gagner
    Le monde du cricket australien était accablé dimanche par un retentissant scandale de balle trafiquée lors d'un match en Afrique du Sud, de nombreuses voix réclamant la tête des coupables. Le capitaine de l'équipe nationale australienne Steve Smith et son coéquipier Cameron Brancroft ont semé la consternation quand ils ont reconnu avoir délibérément tenté d'altérer l'état de la balle lors du troisième test match contre l'Afrique du Sud au Cap samedi. Bancroft, 25 ans, a reconnu s'être servi de ruban adhésif afin de recueillir des particules abrasives sur le terrain et en frotter la balle, de façon à l'érafler et ainsi modifier sa trajectoire prévisible. Smith, 28 ans, que certains considèrent comme le meilleur batteur australien depuis la légende Don Bradman, a confirmé que les leaders de l'équipe étaient parfaitement au courant des intentions de Bancroft. Le projet a été fomenté durant la pause déjeuner et le capitaine a reconnu en avoir été le cerveau. Sur les images de la télévision, on a pu voir Bancroft sortir un objet jaune de sa poche et frotter la balle avec. Lorsqu'elles ont été diffusées sur le grand écran, la foule de spectateurs s'est mise à huer. Bancroft a alors semblé cacher dans ses poches ce qui s'est plus tard révélé être de l'adhésif jaune. «On m'a repéré à l'écran et du coup, je l'ai fourré dans ma poche, j'ai pas mal paniqué», a avoué le joueur à la presse après le match. En Australie, les appels à la démission de Smith se multipliaient, d'aucuns s'interrogeant aussi sur le rôle éventuel de l'entraîneur Darren Lehman dans cette sombre affaire. «Malheureusement, c'est de la triche pure et simple et Steve Smith doit démissionner de son poste de capitaine», a déclaré sur les réseaux sociaux l'ancien lanceur Rodney Hogg. «La réputation de Steve Smith et celle de son équipe ne vont jamais se remettre de cet épisode», a renchéri le commentateur Robert Craddock.

     

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc