Brèves internationales

Brèves Internationales

Par L'Economiste | Edition N°:5226 Le 09/03/2018 | Partager

■ Asie-Pacifique: 11 pays font renaître le TPP
Onze pays des deux rives du Pacifique (l'Australie, Brunei, le Canada, le Chili, le Japon, la Malaisie, le Mexique, la Nouvelle-Zélande, le Pérou, Singapour et le Vietnam) ont fait revivre, jeudi 8 mars au Chili, l'accord de libre-échange transpacifique (TPP). Un an après le départ des Etats-Unis, l'accord, désormais appelé Partenariat transpacifique global et progressiste (CPTPP pour son sigle anglais), doit être signé avec la quasi-totalité des dispositions du texte original, sauf celles portant sur la propriété intellectuelle imposées par Washington. Il prévoit également une levée des barrières douanières et des barrières non-tarifaires, comme la mise en place de normes communes dans plusieurs secteurs d'activités. Une fois signé, l'accord entrera en vigueur 60 jours après sa ratification par au moins six des 11 pays.

■ Optimisation fiscale «agressive»: Des pays mécontents
La Belgique et le Luxembourg ont fait part de leur mécontentement après avoir été montrés du doigt par la Commission européenne pour leur «planification fiscale agressive» en faveur des entreprises. En présentant son rapport macro-économique sur les 28 pays de l'UE, la Commission européenne a insisté sur la question de la planification fiscale «agressive» dans sept pays, à savoir: la Belgique, Chypre, la Hongrie, l'Irlande, le Luxembourg, Malte et les Pays-Bas. «Ces pratiques nuisent à l'équité, empêchent une concurrence loyale dans le marché intérieur et augmentent le fardeau des contribuables européens», a tenu à souligner Pierre Moscovici le commissaire européen aux Affaires économiques. L'UE multiplie depuis plusieurs mois les initiatives pour mettre fin aux pratiques fiscales agressives des multinationales, notamment les géants numériques.

■ Fraude aux importations chinoises: Ce que réclame l'UE
La Commission européenne vient de lancer une procédure d'infraction à l'encontre du Royaume-Uni pour récupérer 2,7 milliards d'euros de droits de douane destinés au budget européen. Elle lui reproche d'avoir frauduleusement laissé entrer en Europe des produits chinois soumis à un niveau de taxes inadéquat.
Le lancement de cette procédure a lieu à un peu plus d'un an du Brexit et alors que les deux parties commencent à évoquer les contours de leur future relation. Le Royaume-Uni dispose de deux mois pour répondre à Bruxelles. Si la réponse ne lui convient pas, la Commission peut formellement demander à Londres de se conformer à ses obligations, sans quoi elle peut l'assigner devant la Cour de justice de l'UE (CJUE).

■ Tunisie: La situation sécuritaire s'est stabilisée
Le Chef du gouvernement Youssef Chahed s'est félicité de la stabilisation de la situation sécuritaire en Tunisie. Et ce, en commémorant «la victoire contre le terrorisme» des forces de sécurité lors des attaques terroristes il y a deux ans. A noter que l'état d'urgence en vigueur depuis cette série d'attentats vient d'être prolongé de sept mois. La présidence tunisienne affirmant vouloir assurer la sécurité durant les municipales du 6 mai, le mois de ramadan et la saison touristique.

■ Arabie saoudite et l'Egypte: Gros projets
L'Arabie saoudite et l'Egypte comptent créer un fonds d'investissement destiné à financer des projets communs sur les rives de la mer Rouge. Une initiative évoquée lors de la première visite officielle à l'étranger du prince héritier saoudien Mohammed ben Salmane. Riyad et le Caire souhaitent aussi investir en masse dans le tourisme. Cette visite intervient à trois semaines du premier tour de la présidentielle égyptienne. Un scrutin que Sissi est assuré de remporter en l'absence d'adversaire sérieux. Le prince héritier saoudien était attendu le 7 mars dans la capitale britannique et se rendra aux Etats-Unis du 19 au 22 mars. Il devrait également se rendre en France dans les prochaines semaines.

  • SUIVEZ-NOUS:

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc