×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

International

Tunisie: Le gouvernement se mobilise face à la grogne sociale

Par Mohamed Ali Mrabi | Edition N°:5187 Le 15/01/2018 | Partager
Un plan d’action prévoit l’appui à l’accès à la propriété et la généralisation de la couverture médicale

7 ANS après le lancement de la «Révolution du jasmin», les Tunisiens semblent dépités. La grogne continue de monter au sein de la population. Depuis le début de l’année, les manifestations se multiplient dans différentes villes. Si la plupart des Tunisiens restent conscients de «l’importance de la transition démocratique», ils se disent déçus par «la lenteur des réformes économiques».

Pour eux, «les citoyens ont gagné en liberté, mais perdu en termes de niveau de vie». Face à la pression, le gouvernement a annoncé la mise en place d’un plan d’action de 70 millions de dinars, soit plus de 23 millions d’euros. Il vise les familles les plus pauvres pour l’accès à la propriété, la généralisation de la couverture médicale, en plus de l’augmentation de l’allocation sociale en faveur des ménages nécessiteux.

Depuis quelques années, le pays ayant connu les premiers mouvements du Printemps arabe, traverse une véritable crise, accentuée par les difficultés du secteur touristique, l’un des principaux leviers de l’économie tunisienne. Cela s’est traduit par une montée du chômage, ayant atteint 15%, selon les autorités de ce pays. Le taux d’inflation est également monté en flèche, pour atteindre 6% à fin 2017.

Cette situation s’est traduite par une hausse des prix de plusieurs produits, accentuant les difficultés des ménages. Ces derniers semblent «dépassés par les hausses du coût de vie». D’où le mouvement de contestation, qui commence à s’organiser autour du slogan «Fech Nestannew» (Qu’est-ce qu’on attend?).

Des manifestants, qui pointent l’incapacité des gouvernements successifs à mettre en œuvre des mesures économiques pour sortir le pays d’une situation morose, marquée par le surendettement et la baisse de la production...

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc