×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Société

    Médecine générale vs guérisseurs de fortune

    Par Stéphanie JACOB | Edition N°:5170 Le 18/12/2017 | Partager
    Un des thèmes du 2e congrès de l’Association des Médecins généralistes de Casablanca Centre
    Pathologies digestives, obésité ou cancer du poumon... comment orienter les patients
    medecine-generale-070.jpg

    L’Association des Médecins généralistes de Casablanca Centre (AMCC) vient de tenir son 2e congrès à Marrakech pour des temps d’échanges entre confrères, venus de toutes les régions du Maroc, mais aussi de l’étranger (Ph. Mokhtari)

    Entretenir ses connaissances est une obligation morale. La formation continue fait en effet partie des règles déontologiques du médecin. Alors régulièrement, l’Association des Médecins généralistes de Casablanca Centre (AMCC) organise des temps d’échanges entre confrères. Pour sa 2e édition, son congrès, tenu ce week-end à Marrakech, a réuni la profession de cette région, mais aussi d’Oujda à Laâyoune, avec des invités venus d’Algérie ou de Guinée, et des conférenciers belges et français.

    «Nous avons réussi à toucher au-delà du Maroc» se félicite le président Kamal Boutaleb. Le but essentiel étant de partager sur un certain nombre de thématiques, qui représentent les préoccupations quotidiennes des médecins. Tous ont ainsi enchaîné les séances et les ateliers de gestes pratiques sur les pathologies digestives, l’obésité ou le cancer du poumon.

    Au programme également des échanges autour du diagnostic psychiatrique en consultation de médecine générale, du futur du diabète, ou des nouveautés en contraception. Ce rendez-vous est aussi l’occasion pour ces professionnels de débattre, entre deux séances, de la situation actuelle et de l’avenir du métier. Instaurer le passage obligé du patient par le médecin généraliste, qui va soit traiter, soit orienter vers un spécialiste est une question qui s’est ainsi posée.

    «Mises à part quelques spécialités particulières comme l’ophtalmologie ou la pédiatrie, cela permettrait une meilleure coordination et moins de gaspillage. Une économie de santé plus judicieuse en quelque sorte», explique Boutaleb. Le patient a en effet une tendance naturelle à consulter directement un spécialiste suivant son besoin. «Une personne souffrant de douleurs abdominales et qui s’adresse à un gastrologue, peut être en train de faire un infarctus du myocarde», continue le président.

    «Dans ce cas, le généraliste est plus à même de poser le diagnostic sur la cause réelle de sa souffrance. Il s’agit simplement d’agir mieux et sans perte de temps». Cette coordination idéale est partagée par le Collège syndical des médecins généralistes, mais aussi par le Collège syndical des médecins spécialistes. «Il s’agit d’un accord de principe en quelque sorte, avec des détails à mettre au point», précise-t-il.

    Autre sujet d’échanges en marge, l’exercice illégal de la médecine. Dans le contexte marocain, beaucoup de patients, principalement dans les campagnes, préfèrent encore le «guérisseur» au professionnel. «Nous voyons arriver des malades, qui ont ainsi perdu beaucoup de temps à souffrir pour rien». Le congrès de l’AMCC a donc alterné, pendant ces 2 jours, des temps de formation, d’ateliers pratiques et de discussions entre confrères.

     

     

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc