Competences & rh

Technologies électriques: Les écoles pistent les nouvelles tendances

Par Noureddine EL AISSI | Edition N°:5152 Le 21/11/2017 | Partager
L’ENSET et l’ENSIAS organisent une conférence internationale sur le sujet
Avec la participation de chercheurs, ingénieurs et praticiens nationaux et étrangers
Sécurité des infrastructures, énergies renouvelables… les thèmes abordés
osama-mohammed-052.gif

Osama Mohammed, vice-doyen en charge de la recherche à l’Université internationale de Floride, regrette que dans les pays arabes les technologies électriques restent dans le stade d’application et de contrôle, et non celui d’innovation industrielle (Ph. NEA)   

Quelles sont les tendances en matière  de technologies électriques et de TI (technologies de l’information), et quels sont les défis à relever? Ce fut l’une des thématiques phares débattues lors de la 3e édition de la Conférence internationale sur le Génie électrique et les TI (ICEIT 2017). La rencontre a été organisée la semaine dernière à Rabat par deux écoles: l’ENSET et l’ENSIAS.

«Il s’agit de technologies transversales qui couvrent plusieurs applications liées aux différents domaines que nous utilisons dans notre vie quotidienne», a rappelé Mohammed Essaaidi, directeur de l’ENSIAS. «Leurs multiples impacts vont de l’internet aux énergies vertes, ou encore aux transports et à la téléphonie», ajoute pour sa part Saaïd Amzazi, président de l’Université Mohammed V de Rabat.

Le programme de cette manifestation scientifique a été marqué par des interventions d’experts internationaux venant des Etats-Unis, d’Allemagne, de Suisse, du Danemark, de France, d’Italie et du Portugal. «Ces conférences ont été d’une grande utilité pour nos jeunes doctorants», relève Essaaidi.

Ces présentations se sont particulièrement focalisées sur les centrales d’énergies renouvelables, les réseaux intelligents, les villes intelligentes, smartphones, internet et  la surveillance des systèmes industriels. Ce dernier volet a fait l’objet de l’intervention d’Osama Mohammed, vice-doyen et directeur du laboratoire de recherches sur les systèmes d’énergie à l’Université internationale de Floride aux Etats-Unis.

Dans sa présentation, il a abordé certains problèmes se rapportant à la sécurité des installations industrielles qui font l’objet d’attaques de temps à autres. «J’ai essayé de proposer des solutions développées, notamment avec des logiciels informatiques permettant de protéger le réseau électrique et l’infrastructure industrielle contre les cyber-attaques», a-t-il précisé.

D’origine égyptienne, Mohammed regrette que dans la plupart des pays arabes, les technologies électriques restent pour le moment dans le stade d’application et de contrôle, et non celui de l’innovation industrielle. Une situation qui s’explique en partie par l’absence de relations entre l’université et le monde industriel. A ce titre, il rappelle l’implication, aussi bien du gouvernement que des industriels américains dans le financement des projets de recherches développés par les universités.

 

 

  • SUIVEZ-NOUS:

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc