×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    International

    Référendum en Catalogne: Madrid hausse le ton

    Par Fatim-Zahra TOHRY | Edition N°:5114 Le 27/09/2017 | Partager
    Les forces de l’ordre espagnoles neutralisent les bureaux de vote
    La position du Maroc est claire
    catalogne_014.jpg

    Les manifestations patriotiques se multiplient en Espagne à cinq jours du référendum interdit sur l’indépendance de la Catalogne. Les forces de l’ordre espagnoles ont tenté, hier mardi, de neutraliser les bureaux de vote. Face à ces actions, les autorités séparatistes au pouvoir dans cette région de 7,5 millions d’habitants ont dénoncé des méthodes répressives.

    En réponse, le gouvernement espagnol assure qu’il «ne fait qu’appliquer la Constitution qui n’autorise pas ce genre de consultation, comme en France ou en Italie». Et souligne que «les séparatistes ont adopté la loi convoquant le référendum sans laisser à l’opposition l’option d’en débattre en profondeur, avec un vote à la majorité simple». Pour des réformes moins fondamentales, la législation locale exige un vote des deux tiers des élus.

    «La Catalogne perdrait entre 25 et 30% de son PIB et connaîtrait un appauvrissement brutal en cas d’indépendance», selon le ministre espagnol de l’Economie, Luis de Guindos. La région se retrouverait en dehors de la zone euro et 75% de sa production serait soumise à des droits de douane. «Les banques seraient forcées de partir. Les Catalans devraient créer leur propre monnaie», ajoute Luis de Guindos.

    Le scénario d’indépendance est «tellement irrationnel que ni les investisseurs, ni les marchés de capitaux, ni les membres de l’Eurogroupe ne le considèrent comme viable», dit-il. La Catalogne est l’une des régions les plus riches d’Espagne, concentrant en 2016 près de 20% du PIB du pays ibérique. Le taux de chômage y est également bien moindre que dans le reste du pays: 13,2% contre 17,2% au niveau national, selon les chiffres du deuxième trimestre de 2017.

    Attendu à Washington, le chef du gouvernement Mariano Rajoy, cherche des soutiens internationaux. De son côté, le Maroc est «avec la position annoncée au niveau de l’Espagne au sujet du référendum en Catalogne», a indiqué récemment Mustapha El Khalfi, le ministre délégué chargé des Relations avec le Parlement et la Société civile, porte-parole du gouvernement.

     

     

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc