×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Economie

    Madagascar cherche des idées au Maroc

    Par Soufiane NAKRI | Edition N°:4983 Le 17/03/2017 | Partager
    Dans le BTP, l’énergie, l’agriculture, la banque et la formation professionnelle
    Les deux patronats tiennent le 2e Forum bilatéral

    Une importante délégation d’hommes d’affaires malgaches, opérant dans le BTP, l’énergie, l’agroalimentaire et le secteur financier, a effectué, mercredi 15 mars, une visite au Maroc pour explorer de nouvelles opportunités de partenariat.
    Cette délégation est conduite par Joséphine Noro Andriamamonjiarison, présidente du patronat malgache (Groupement des entreprises de Madagascar). Le volume des échanges commerciaux est encore tout petit avec seulement 13 millions d’euros.

    Le Forum Maroc-Madagascar, organisé par la Confédération générale des entreprises du Maroc (CGEM), s’inscrit dans la continuité de la visite d’opérateurs économiques marocains à Antanarivo, en novembre dernier, ainsi que la présentation du Plan national de développement de Madagascar à Paris, à la fin de l’année dernière. «Nous devons faire prospérer le co-investissement qui répond à deux critères essentiels: investissement durable et responsable et investissement créateur de valeur ajoutée», explique Faïçal Mekouar, le vice-président de la CGEM.
     La mission des opérateurs malgaches au Maroc a été marquée par une série de visites d’entreprises qui ont été particulièrement inspirantes pour les dirigeants invités. «Nous avons vu comment le Maroc a pu mettre en œuvre le développement économique à travers le renforcement des compétences», souligne Noro Andriamamonjiarison.

    Par ailleurs, Au-delà du commerce, le patronat malgache a manifesté son intérêt d’investir dans la formation professionnelle. Le pays est actuellement en cours de création d’une école de BTP, des technologies de l’information et du tourisme. «Nous souhaiterions renforcer l’échange de savoir-faire et le transfert de compétence dans tous les domaines avec nos entreprises», poursuit la présidente.
    Lors de la visite royale à Madagascar, 22 conventions et accords de coopération ont été signés entre Rabat et Antanarivo.

    Climat d’affaires

    ■ 22,9 millions d’habitants
    ■ PIB par habitant: 393 dollars
    ■ Taux de croissance (2016): 4,6%

    Le pays dispose d’une offre touristique diversifiée. Côté agriculture, 18 millions d’hectares sont encore disponibles. En revanche, le climat des affaires est paralysé par le coût élevé de l’électricité, la difficulté d’accès au crédit en dépit d’un système bancaire relativement liquide. S’y ajoutent la lourdeur des procédures d’enregistrement de la propriété, le coût élevé des exportations, la corruption, l’insécurité et le mauvais état des infrastructures.

     

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc